au coeur de la NATURE…
Naturopathie

Consultation pour Revitaliser tous vos systèmes, Optimiser votre puissance naturelle de guérison, Nettoyer vos toxines, Soigner la cause des maladies..

En savoir plus...

Archives mensuelles : décembre 2019

Alimentation – Routine quotidienne

– Suivez les rythmes de la nature et de votre corps : Cela garantit que votre corps et l’esprit peuvent fonctionner avec facilité de manière optimale. Cela crée également les conditions préalables à la guérison.

Repos et sommeil réguliers : l’heure de coucher optimale se situe entre 21h00 et 22h00.

– Ne vous inquiétez pas si vous avez du mal à vous endormir – Allongez-vous les yeux fermés et détendez-vous. Vous obtiendrez quand même 90% des avantages du sommeil. Ce programme peut aider à éliminer les causes de perturbation du sommeil.

Exercice régulier et activité physique

– Promenade matin et/ou soir

– Surya Namaskara ou «salutation au soleil» – le programme d’exercices le plus ancien, complet et simple

– L’accroupissement du corps constitue une partie très importante et naturelle de la vie de tous les peuples tribaux. Les avantages comprennent :

  • Respiration améliorée de presque toutes les cellules de votre corps. Le squat intègre l’utilisation de presque tous les muscles de votre corps.
  • Augmentation du Chi ou de la force vitale grâce à d’importants méridiens (qui contrôlent la plupart des fonctions du corps).
  • Amélioration du pompage des fluides, facilitant l’élimination des déchets et la livraison des nutriments aux cellules dans tous les tissus corporels.
  • Stress physiologique bénéfique pour votre système hormonal.
  • Le mouvement de squat favorise un passage plus facile des matières fécales à travers le côlon et un intestin plus régulier mouvements.

Commencez avec seulement quelques squats et augmentez le nombre de 1 à 5 chaque jour.

Lorsque vous êtes capable d’effectuer 100 squats d’affilée, votre corps commencera à compter sur le Chi (force de vie) pour ses besoins énergétiques au lieu d’utiliser ses ressources énergétiques physiques.

– Choisissez toute autre forme d’exercice physique qui convient à votre type de corps.

– Chaque fois que vous vous entraînez, essayez d’inhaler par le nez tout en gardant la bouche fermée pour éviter «respiration d’adrénaline» nuisible. La respiration par la bouche peut conduire à un épuisement rapide de ses réserves et déclencher la libération d’hormones de stress. Vous pouvez expirer par la bouche si nécessaire. Certains exercices d’aérobie sont bien tant que vous maintenez la respiration nasale par rapport à la respiration buccale.

– N’exercez que jusqu’à 50% de votre capacité. Ne vous laissez pas fatiguer. Par exemple, si vous pouvez nager pendant 30 minutes avant de vous sentir fatigué, nager seulement pendant 15 minutes. Avec le temps, votre capacité plus d’exercice augmentera. Le sur-exercice, comme dans l’entraînement en endurance, affaiblit le système immunitaire, le cœur et les poumons et inonde le sang de produits chimiques acides et nocifs.

– Exposez votre corps à l’air frais au moins une ou deux fois par jour pendant au moins une demi-heure pour vous assurer une bonne circulation et un approvisionnement suffisant en oxygène à ses milliers de milliards de cellules.

– La pratique régulière du Yoga, du Tai Chi, du Chi Kung, du Pilates ou de programmes de fitness similaires est hautement recommandée pour maintenir l’énergie et la flexibilité. Les cinq rites tibétains décrits dans l’ancien livre du secret de la fontaine de jouvence de Peter Kelder est l’un des exercices les plus excellents et les plus simples que vous pouvez suivre.

– PranaYama : exercices de respiration de cinq minutes pour augmenter le Prana ou le Chi (énergie de force de vie). Il vaut mieux les faire avant la méditation et avant de manger.

– Méditation selon votre choix : je recommande la «Technique de Respiration Consciente».

Repas réguliers

– Le déjeuner devrait constituer le repas principal de la journée. Manger vers 12 h – 12 h 30 (Le meilleur moment pour manger c’est quand le soleil est dans sa position la plus haute.)
– Le repas du soir doit être léger, car le pouvoir digestif est faible le soir. Il y en a très peu sécrétions digestives après 20 h 00 Un repas copieux pris le soir reste en grande partie non digéré.
Dînez entre 18h00 et 19h00 de sorte que la digestion principale soit terminée avant le coucher et n’interfère pas avec votre sommeil.
– Prenez vos repas à peu près à la même heure chaque jour afin que le système digestif puisse toujours fonctionner à sa meilleur. Manger à des moments différents chaque jour, rend difficile pour le corps de produire la bonne quantité de jus digestifs requis pour chaque repas.
– Mangez selon votre niveau de faim. Si vous n’avez pas faim, ne mangez pas. Attendez que votre appétit naturel (pouvoir digestif) est de retour. Remarque : les envies alimentaires n’ont rien à voir avec la faim et doivent être traitées comme une dépendance.
– Buvez environ 6-8 verres d’eau chaque jour. L’eau pure et fraîche est la meilleure. L’eau filtrée provenant de l’approvisionnement en eau publique est très bien. Prenez l’habitude de boire un verre d’eau environ une demi-heure avant chaque repas et un verre d’eau 2-2 ½ heures après chaque repas. Évitez de boire des liquides avec repas, car cela dilue les sucs digestifs et interfère avec les sécrétions gastriques.
– Asseyez-vous lorsque vous mangez, même si c’est pour une petite collation. Le système digestif est mieux en mesure de sécréter les quantités équilibrées de sucs digestifs lorsque vous mangez en position assise.
– Mangez dans un environnement calme sans radio, télévision ou lecture. Toute distraction de manger altère le plaisir de la nourriture et la capacité du corps à fournir les enzymes appropriées pour la digestion.
– Asseyez-vous tranquillement pendant au moins 5 minutes après le repas afin que la nourriture ait la possibilité de s’installer dans votre estomac avant de vous lever de la table. S’allonger sur le côté gauche pendant quelques minutes, puis faites 10 à 15 minutes de marche facilitent également grandement la digestion.

Matin
Mouvement de l’intestin :

– Pour une santé optimale, les selles doivent avoir lieu régulièrement le matin après le lever, idéalement à la fin de la période Vata (vers 6h00) alors que Vata est encore assez fort pour éliminer les déchets matériaux du système. Accordez-vous du temps supplémentaire, mais ne forcez pas les selles. Aussi, ne supprimer jamais les pulsions naturelles, car cela peut entraîner une grande perturbation de Vata dans le corps et même provoquer des blessures et, éventuellement, des hémorroïdes.

– Chaque matin, après le levé, boire un verre d’eau tiède. Cela contribue à mettre fin à la «sécheresse» de la nuit et augmente la régularité des selles. Un peu plus tard, boire un deuxième verre d’eau tiède, mais ajouter une cuillère à café de miel et le jus d’une ou deux tranches de citron frais. Cela permet de supprimer l’AMA, les bactéries nocives du tractus gastro-intestinal, et aide les intestins à éliminer tout déchets accumulés. Attendez au moins 30 minutes avant de prendre le petit-déjeuner.

Brossage à sec régulier et massage à l’huile :

– Brossez rapidement tout votre corps avec une brosse sèche pour le corps en poils naturels ou un bon luffa. Cela améliorera la circulation, renforcera et rajeunira la peau et aidera avec la lymphe drainage. Le brossage de la peau ouvre également les pores et augmente l’efficacité de l’huile massage, si appliqué par la suite. Commencez par les extrémités et brossez toujours en direction du cœur.

Abyanga ou massage à l’huile : Massez-vous avec de l’huile de sésame ou de la noix de coco, du tournesol ou de l’huile d’olive (tous expulseurs ou pressés à froid et non raffinés, disponibles dans les magasins d’aliments naturels). Abyanga aide à éliminer les toxines et améliorer la circulation. Terminer le massage avec un bain ou une douche chaude. L’huile de sésame, en particulier, pénètre rapidement toutes les couches de la la peau, se lie à et élimine les toxines de divers types (y compris les acides gras nocifs) et aide à débarrasser les vaisseaux sanguins des plaques et débris cellulaires. Cela aide le corps à prévenir et à inverser la durcissement des artères. Abyanga stimule également la production d’hormone de croissance et améliore l’immunité parce que près d’un tiers du système immunitaire est situé dans la peau. Faites le massage aussi souvent que possible pratique pour vous. Certains le font quotidiennement.

Petit déjeuner

– Si vous n’avez pas faim, sautez le petit-déjeuner. (Les types Kapha ont rarement besoin d’un petit-déjeuner.)
– Si vous avez faim, prenez un petit déjeuner léger. Les choix alimentaires peuvent consister en des aliments sains et nutritifs, comme la farine d’avoine (bouillie) ou toute autre céréale chaude. (mais vérifiez une allergie au blé ou au gluten). Mangez vos céréales avec de l’huile de noix, de coco pressée ou avec du beurre non salé ou au sel marin non raffiné (riz, chanvre, avoine ou lait d’amande) et peut-être un peu de sirop d’érable, de stévia, de sirop d’agave, de miel brut ou de sucre de xylitol pour édulcorant. Cela fait être un petit déjeuner nourrissant. Wetabix ou pain de blé entier grillé (finement moulu) avec du beurre, est aussi un bon choix. Les autres céréales chaudes comprennent la crème de sarrasin, la crème de riz, le millet,
gruau, quinoa et autres céréales similaires. En trempant l’avoine ou d’autres céréales pendant la nuit et en ajoutant 1 cuillère à soupe, avec en plus du germe de blé (disponible dans la plupart des épiceries), où les céréales sont prédigérées. Ceci peut augmenter la digestibilité de 30% à environ 90%.

Remarque: Le lait de soja doit être éviter en raison de ses toxines alimentaires naturelles (inhibiteurs d’enzymes), de la possibilité de manipulation génétique, et ses effets potentiellement nocifs sur l’équilibre hormonal. (Le soja imite les œstrogènes dans corps et augmente ainsi le risque de provoquer un cancer du sein.)

Aussi, n’ajoutez pas de fruits à vos céréales, car cela conduit à la fermentation et à la toxicité.

– Évitez les protéines animales telles que le fromage, la viande, le jambon ou les œufs ainsi que les aliments acides, y compris le yogourt et agrumes. Tout cela soumet rapidement l’AGNI, qui est naturellement faible le matin. Un petit-déjeuner composé uniquement de fruits (autres que les agrumes) est très bien.

Repas de midi

– Faites du déjeuner le repas principal de la journée.
– Évitez de boire des boissons avec le repas car cela dilue les jus digestifs concentrés et devenir une cause d’indigestion et de prise de poids.
En sirotant une petite tasse d’eau chaude pendant le repas, cependant, peut aider à augmenter le pouvoir digestif. Pour maintenir la minceur du sang et la normale
sécrétions de bile, il est préférable de boire un verre d’eau environ ½ heure avant le déjeuner et à nouveau 2-2½ heures
après le déjeuner.
– Si la salade fait partie de votre repas, mangez-la au début, avant de manger des aliments cuits. Depuis les aliments crus nécessitent des enzymes digestives différentes de celles nécessaires à la digestion des aliments cuits, en mangeant ces aliments les éléments séparément, c’est-à-dire les uns après les autres, facilitent le système digestif. Manger des aliments crus les articles après avoir mangé des aliments cuits les laisseront pour la plupart non digérés et sujets à la fermentation.
Évitez les aliments cuits dans votre salade, en particulier les aliments protéinés. (Plus d’informations à ce sujet ci-dessous.)
Pendant les jours froids et en hiver, vous pouvez naturellement désirer manger des salades moins souvent; cela est dû à leur forts effets de refroidissement sur le corps.
Remarque: assurez-vous d’utiliser une vinaigrette pleine de gras, comme de l’huile d’olive extra vierge12 et du citron jus pour votre salade. Une équipe de chercheurs de l’Iowa State University a mené une étude qui a montré que les nutriments de la salade ne sont digérés et absorbés correctement que lorsqu’ils sont consommés avec une salade pleine pansement par rapport à un produit réduit ou sans gras.
Repas du soir
– Le soir, l’Ayurveda vous recommande d’éviter de manger de la viande, du porc, de la volaille, du poisson, du jambon, des œufs, les noix ou toute autre forme concentrée de protéines car AGNI est trop faible à ce moment-là pour manipuler les protéines nourriture. Même pendant la journée, ceux-ci nécessitent 4 à 7 heures de digestion dans l’estomac. Soit conscient que la production d’enzymes digestives s’arrête vers 20 h 00 et les aliments lourds ingérés dans le le soir restera dans l’estomac jusqu’au petit matin. À ce moment, l’estomac peut décharger la nourriture maintenant principalement non digérée dans l’intestin grêle, incitant les bactéries destructrices à le décomposer.
– Le yaourt, le fromage, les fruits et les salades doivent également être évités le soir. Ces aliments ont un teneur naturellement élevée en bactéries. Lorsqu’il est exposé à l’environnement chaud et humide de l’estomac et l’intestin grêle pendant la nuit, ils finissent par provoquer une indigestion et une fermentation (avec beaucoup de alcool de bas grade).
– Les aliments gras, frits et frits, ainsi que les légumes-racines comme les pommes de terre (à l’exception des carottes cuites, betteraves ou radis blancs), sont également très difficiles à digérer la nuit. Huile de coco et le beurre non salé ou le ghee sont bons à utiliser.
– Un exemple pour un dîner léger est une soupe de légumes fraîchement préparée, peut-être mélangée, servie avec pain pita de blé entier ou d’épeautre, pain grillé de blé entier ou craquelins de seigle avec beurre non salé, ghee ou
huile de noix de coco. Une autre option est les légumes cuits avec du riz ou d’autres aliments à grains cuits légers. le la soupe / les légumes peuvent être assaisonnés d’épices et d’herbes, de lingots de légumes, de sel de mer non raffiné, ainsi sous forme de beurre, de ghee ou d’huile de noix de coco ajoutés pendant ou après la cuisson – environ une cuillère à café de beurre, de ghee ou
l’huile de coco par personne (éviter les autres huiles le soir car elles sont plus difficiles à digérer.
12 Une étude récente en Italie a révélé que seulement 40% des marques d’huile d’olive étaient en fait de l’huile d’olive « pure ». Il en va de même pour l’huile d’olive vendue Royaume-Uni. En 1995, la Food and Drug Administration (FDA), qui a testé la pureté des huiles d’olive, a constaté que seulement 4% des 73
les marques d’huiles d’olive testées se sont avérées être de l’huile d’olive pure. La plupart des produits d’huile d’olive ont été frelatés avec des huiles végétales, telles que les huiles de canola, de maïs, de coton et de soja, dont il a été démontré qu’elles provoquent et non empêchent les maladies cardiaques. Certaines «huiles d’olive» contenaient seulement 10 pour cent d’huile d’olive. Achetez vos huiles d’olive de préférence dans des magasins d’alimentation entiers. Plus les huiles sont bon marché, plus elles sont susceptibles ne sont pas purs. Évitez les marques suivantes: Andy’s Pure Olive Oil (Italie), Bertolli (Italie), Castel Tiziano (Italie), Cirio (Italie), Cornelia (Italie), Italico (Italie) Ligaro (Italie), Olivio (Grèce), Petrou Bros.Olive Oil (Californie), Primi (Italie), Regale (Italie),
Ricetta Antica (Italie), Rubino (Italie), San Paolo (Italie) Sasso (Italie), Terra Mia (Italie).
Conditions générales d’Utilisation
– Il est préférable d’éviter les aliments lourds, huileux et frits; fromages affinés; yaourt; oignon et ail, en particulier non cuit; aliments hautement transformés et raffinés; boissons gazeuses, alcool, café, thé ordinaire; artificiel
édulcorants; et le sucre commercial.
– Essayez d’inclure un ou deux morceaux de fruits frais par jour dans votre alimentation. Si vous utilisez du jus de fruits, assurez-vous il est fraîchement préparé et n’a pas plus d’une heure (mieux dilué avec de l’eau). Les jus de fruits emballés sont pasteurisé, ce qui les rend acides, les prive d’enzymes naturelles et épuise le corps de minéraux et vitamines importants. De nombreuses marques contiennent des édulcorants artificiels qui déshydratent et peut endommager le cerveau, le système nerveux et le système immunitaire. Il est préférable de manger une sorte de fruits à la fois.
Les fruits ou jus de fruits doivent toujours être pris à jeun.
Puisque les fruits quittent l’estomac à l’intérieur 20-40 minutes sans nécessiter d’action de l’estomac, il est important de ne pas les manger avec d’autres aliments;
cela entraîne une fermentation, des ballonnements et même des diarrhées. Les meilleurs moments pour manger des fruits sont le milieu de la matinée et l’après-midi, ou pour le petit déjeuner avec rien d’autre.
Pour une digestion optimale, les fruits doivent de préférence être consommés lorsqu’ils sont en saison. Quand aussi choisi tôt, ils n’ont pas atteint leur stade de maturation naturelle et manquent de la plupart des vitamines et des sucres importants.
Ils peuvent également irriter les parois intestinales en raison de leur forte concentration d’anticorps (agissant comme antigènes dans le corps) et des inhibiteurs enzymatiques (hautement toxiques). Une fois complètement mûries au soleil, les toxines des fruits devenir neutralisé. Si vous trouvez que vous avez du mal à digérer les fruits, à les récolter trop tôt, c’est souvent la raison.
Étant donné que les fruits ont une influence rafraîchissante, vous voudrez peut-être les manger plus souvent pendant les mois d’été.
Ils sont moins adaptés pendant la saison froide lorsque nous avons besoin de plus d’aliments réchauffants.
Les meilleurs types de fruits sont ceux qui poussent naturellement dans votre environnement. Pour bien digérer les fruits d’un autre pays, nous avons besoin de différentes enzymes digestives. Nous ne pouvons produire ces enzymes que si
nous y vivons depuis un certain temps et nos corps se sont adaptés à ce nouvel environnement.
– Vous pouvez manger des fruits secs trempés, par exemple des raisins secs, des figues, des dattes ou des pruneaux, soit pour le petit déjeuner (sans
d’autres aliments) ou comme collation comme d’autres fruits. «Test musculaire» lesquels sont les plus adaptés pour vous!
Les fruits secs contiennent des inhibiteurs d’enzymes, ce qui peut les rendre gazeux et constipants. Trempage les nuit ou pendant au moins quelques heures décompose ces produits chimiques naturels et les rend plus facilement digestible.
– Mangez 8 à 12 amandes quotidiennement. Cela fournit des nutriments essentiels aux cellules du corps, et en particulier aux yeux et aux os. Retirez la peau en plaçant les amandes dans de l’eau bouillie pendant 15 à 20 minutes. Les peaux glisseront facilement. Les tremper pendant la nuit augmente leur digestibilité.
Remarque: La peau contient des acides nocifs utilisés pour protéger la noix contre les attaques d’insectes et les champignons. Celles-ci les acides peuvent provoquer une irritation, voire des allergies, chez certaines personnes sensibles.
– Il est préférable d’éviter les restes d’aliments, à l’exception du riz et des haricots, que vous pouvez conserver un jour ou deux puis réchauffer. La recherche a montré qu’il y a plus de bactéries destructrices dans la soupe réchauffée que sur une éponge d’évier de cuisine vieille d’un mois. En ce qui concerne les légumes, la force de vie active (Énergie Prana ou Chi) et d’importantes enzymes et vitamines se dissipent après une heure de cuisson.
Les aliments congelés sont dépourvus de la force vitale et ont donc une diminution de l’absorption des nutriments. Les fruits doivent être mangés seulement frais. Les micro-ondes utilisées pour cuire les aliments provoquent une désintégration totale de la structure moléculaire des aliments et détruire sa force vitale. Sans sa force vitale, la nourriture ne peut pas être digérée et assimilée correctement. 13
13 De nombreux problèmes de santé graves résultent de l’utilisation régulière de fours à micro-ondes. Au cours d’une expérience classique sur plusieurs mille chats en bonne santé qui ont reçu des aliments hautement nutritifs, mais traités au micro-ondes pendant six semaines, tous les chats sont morts subitement de
famine. Bien que des nutriments aient été trouvés dans leur corps, ils n’ont pas pu pénétrer dans les cellules. Détruire la force vitale de la nourriture
– Pour nettoyer les tissus en profondeur, buvez fréquemment de l’eau chaude (ionisée): faites bouillir l’eau pendant 15 à 20 minutes. Garder dans une fiole isotherme. Toutes les demi-heures, prenez 1-2 gorgées ou plus selon votre soif. Avoir un effet nettoyant, l’eau doit être bouillie aussi longtemps et être prise aussi chaude que le thé. Tu peux mettre un petit morceau de gingembre frais dans le ballon pour améliorer le goût. En faisant bouillir l’eau en continu pendant au moins
au moins 15 minutes, un grand nombre d’ions d’oxygène chargés négativement sont générés. Lorsqu’il est ingéré par en buvant fréquemment de cette eau tout au long de la journée, ces ions chargés négativement systématiquement commencer à nettoyer les tissus du corps et à les débarrasser des ions chargés positivement – ceux associés
avec une acidité élevée et des toxines. Si vous avez un poids corporel excessif, cette méthode de nettoyage peut vous aider perdre beaucoup de livres de déchets corporels sans aucun effet secondaire indésirable majeur. (Voir plus de détails dans
Chapitre 7.) Il peut être utilisé pour tout problème de santé lié à la congestion dans n’importe quelle partie du corps.
– Évitez les aliments ou les boissons glacés car ils peuvent «éteindre» AGNI, le feu digestif, pour beaucoup heures. Ils peuvent également endommager les terminaisons nerveuses de l’estomac. Une main, tenue dans l’eau glacée, devient engourdi. De même, les boissons froides ou les aliments provoquent la contraction des cellules de l’estomac et les empêchent de sécrétant les quantités requises de sucs digestifs. Ils rendent également l’estomac insensible aliments ou boissons potentiellement nocifs, et perturber efficacement sa communication et son potentiel signaux d’avertissement au cerveau. De plus, les enzymes digestives nécessitent une température très spécifique pour fonctionner de manière optimale
En refroidissant l’environnement des enzymes, leur digestif et leur anti-cancer
les propriétés commencent également à diminuer, prédisposant une personne à une prise de poids excessive et même au cancer.
De plus, l’influence soudaine du froid, causée, par exemple, par la crème glacée ou les boissons glacées, force le pour augmenter sa production de chaleur interne afin de compenser la baisse
Température. Cette réponse gaspille les réserves énergétiques du corps et peut lui donner une sensation encore plus chaude et soif qu’auparavant, en particulier pendant la période estivale. Aliments et boissons qui sont de la place
la température ou la chaleur sont les plus appropriées et les plus naturelles pour le corps humain.
– Utilisez généreusement les épices adaptées à votre morphologie. Vous les trouverez répertoriés dans le Cartes alimentaires ayurvédiques ci-dessous. Les épices améliorent non seulement la saveur des aliments, mais contiennent également des
nutriments et arômes qui aident à la digestion et au métabolisme des aliments. Les personnes qui souffrent de faible le métabolisme (principalement les types Kapha) peut accélérer leur taux métabolique jusqu’à 30% en utilisant réchauffer ou chauffer les épices dans leurs aliments. Les piments ou les mélanges d’épices contenant du piment doivent être évités, car ils affectent la poitrine et provoquent une irritation du mucus dans l’estomac et les intestins. Si vous aimez la nourriture chaude et épicée, le poivre de Cayenne est la meilleure option.
– Si disponible, buvez 2 à 4 onces de jus de carotte fraîchement préparé avant le déjeuner. Remarque: types Pitta devrait faire le test musculaire pour le jus de carotte avant d’essayer ce régime, car les carottes peuvent augmenter Pitta.
– Pour un jour par semaine ou par mois, vous voudrez peut-être essayer de ne prendre qu’un régime liquide (soupes, fraîchement préparées jus, eau, tisanes, eau ionisée, etc.). Puis, reprenez progressivement un régime normal. Ceci peut soulage considérablement le système digestif de sa charge de travail quotidienne et améliore sa capacité à éliminer accumulation de déchets toxiques. Les femmes en bénéficient grandement si elles ont une «journée liquide» environ un ou deux jours avant le début des menstruations; cela peut aider à rendre la période menstruelle plus confortable et efficace. le rend inutile aux cellules. Par conséquent, les méthodes modernes de préparation ou de production des aliments peuvent être considérées comme une des principales causes de la maladie et la mort.

Alimentation – Principes généraux

• Une demi-cuillère à café de gingembre râpé pris avec une pincée de sel est un excellent apéritif et allume l’AGNI, le feu digestif. Des éclaboussures d’eau fraîche sur le visage, le cou et les mains avant les repas stimule l’AGNI.
• Mangez dans un environnement calme et une atmosphère calme, avec un esprit serein. Votre compagnie et l’environnement doivent être agréable. Ne pas travailler, écouter de la musique, lire ou regarder la télévision pendant les repas.
• Asseyez-vous toujours pour manger. Mangez à peu près aux mêmes heures chaque jour.
• Ne mangez ni trop vite ni trop lentement (environ 20 minutes) et sans interruption.
• Mangez environ les ¾ de votre capacité gastrique lors de votre plus gros repas ; cela équivaut au montant de vos deux les mains pleines. Idéalement, un tiers du repas devrait être composé de nourriture liquide de la consistance d’une soupe.
• Évitez de manger un repas ou une collation avant que le repas précédent n’ait été digéré, à moins qu’il ne s’agisse fruit. Prévoyez environ 3 à 6 heures entre les repas, selon les types d’aliments consommés.
• Si vous désirez boire quelque chose avec vos repas, il est préférable de siroter un peu d’eau chaude ou tiède. Évitez également de boire de grandes quantités de liquides juste avant et les 2 premières heures après les repas.
• Boire des quantités excessives d’eau (3 à 4 litres par jour) peut provoquer l’obésité, des troubles rénaux et des carences en minéraux / vitamines, alors que boire trop peu d’eau entraîne une déshydratation. Remplir les exigences minimales d’eau, boire 6-8 verres d’eau (à température ambiante ou tiède) chacun journée. Vous devrez peut-être augmenter la quantité par temps chaud et sec, pendant l’exercice ou pendant les moments stressants de votre vie. Si la couleur de votre urine est jaune foncé, buvez plus d’eau ; si incolore, boire moins.
• Consommer des aliments froids, comme de la crème glacée et boire des boissons glacées peut réduire votre résistance à la maladie, altérer l’AGNI et provoquer une congestion du mucus.
• Le régime doit être équilibré en incluant les six goûts : sucré, aigre, salé, piquant (épices), amer et astringent – dans au moins un repas par jour.
• Il est préférable de ne pas chauffer ni cuire le miel ; la chaleur le détruit et le rend toxique.
• Ne mangez jamais juste avant d’aller vous coucher. Pour éviter de développer des troubles du sommeil, il doit y avoir au moins trois heures entre manger et dormir. Si vous vous couchez à 22 h 00, mangez au plus tard à 18 h 00.
• Mâchez soigneusement vos aliments – le processus digestif commence dans la bouche.
• L’Ayurveda ne favorise pas la consommation de trop de nourriture crue comme les légumes crus, l’avoine crue flocons, grains non cuits, etc. Les fruits sont une exception car ils sont déjà «cuits» ou mûris par le Soleil. Le type Pitta est le seul l’un des types de corps qui est capable de digérer plus d’aliments crus.
• Il est préférable de ne pas manger lorsque l’esprit est dominé par des émotions fortes telles que la colère, chagrin. Attendez qu’il se soit stabilisé, car le système digestif ne fonctionne pas sous stress.
• Dormir après les repas provoque une lenteur et augmente le Kapha et le poids corporel. Cependant, il est bon pour se reposer pendant environ 10 minutes après les repas et, si possible, faire une promenade de 10 à 15 minutes.
• La nourriture doit toujours être délicieuse et agréable aux sens et doit être préparée dans la joie.

Régime végétarien

Etudes :
  • Une importante étude menée en Californie a révélé que le taux de cancer chez les mormons, qui sont connus pour manger très peu de viande, était de 50% inférieur à celui de la population normale.
  • Les chercheurs dans un même une étude plus complète et soigneusement contrôlée a comparé 50 000 végétariens du groupe religieux, adventistes du septième jour, avec le même nombre de non-végétariens du même âge et du même sexe.
  • Cette étude, connu sous le nom d’Oxford Vegetarian Study, a produit des résultats similaires. Les membres du groupe végétarien avaient un taux étonnamment bas de cancer de tous types, leur espérance de vie était notablement plus longue et ils souffraient beaucoup moins de maladies cardiovasculaires que celles du groupe témoin.

Dans l’ensemble, le classement de l’espérance de vie aux États-Unis par rapport au reste du monde est passé de position 19 en 1999 à la position 42 en 2007, la forte augmentation de l’obésité et des maladies vasculaires étant à blâmer pour cette tendance. Et ces deux maladies chroniques sont largement causées par la consommation de protéines animales.

Faits historiques
  • D’un point de vue historique, le végétarisme «forcé» des Danois dû au blocage allié du Danemark pendant la Première Guerre mondiale a entraîné une réduction de 17% des taux de mortalité au cours de la première année de production rationnée de viande.
  • La Norvège a connu un effet secondaire positif similaire lors du rationnement de la viande pendant la Seconde guerre mondiale (1940-1945). Il y a eu une baisse immédiate des taux nationaux de mortalité par maladies circulatoire pendant la période de pénurie de viande. Les taux de mortalité sont revenus à leurs niveaux d’avant-guerre la population a repris la consommation de viande.
Endurance des végétariens
  • Des études de l’Université de Belgique qui ont testé l’endurance, la force et le taux de récupération après l’épuisement physique chez les végétariens, a clairement montré que les végétariens avaient des scores bien supérieurs dans les trois catégories.
  • Une étude à l’Université de Yale a prouvé que les végétariens ont une endurance presque deux fois aux mangeurs de viande.
  • D’autres résultats ont confirmé que lors des tests d’endurance, les végétariens étaient deux à trois fois plus endurants que les mangeurs de viande avant d’atteindre un point d’épuisement complet. Ils avaient également besoin seulement d’un cinquième de temps pour se remettre de la fatigue après chaque test que leurs homologues mangeurs de viande.

La croyance commune selon laquelle « manger de la viande » vous rend fort est infondée et trompeuse.

Le super-fort éléphant, le gorille, le rhinocéros et le cheval tirent tous leur grande force physique et leur endurance en ne mangeant que des végétaux. D’après les preuves actuelles, rien ne suggère que la viande soit bénéfique pour notre santé.

Durée de vie

Le fait que les populations comme les Esquimaux (Inuits) puissent survivre à un régime de viande sans souffrir de cœur la maladie est connue. Cependant, la durée de vie moyenne des Esquimaux ne dépasse toujours pas 40 ans. Une importante observation a été faite concernant le raccourcissement rapide de la durée de vie moyenne par le Dr V. E. Levine et le professeur C. W. Bauer, de l’Université Creighton, Nebraska, qui a rendu compte le 26 octobre 1934 :  «En raison de sensibilité à la tuberculose et à d’autres maladies la durée de vie moyenne des Esquimaux de l’Alaska n’est que de 20 ans et leur race est vouée à l’extinction en quelques générations à moins que la science médicale moderne vient à leur aide. »

Les tribus Masaï d’Afrique de l’Est vivent principalement du sang, du lait et de la viande des vaches. Leur la durée de vie moyenne est de 60 ans. Un homme typique de 45 ans a environ 20 à 30 ans de plus. Au cours de mes nombreuses visites dans les villages Masai en Afrique de l’Est entre 1983 et 2006, j’ai observé que les tribus Masai qui se sont adaptés à la culture et incluent des légumes frais dans leur alimentation, ont l’air beaucoup plus sains et ne vieillissent plus aussi rapidement.

Moins d’obésité

Un autre avantage majeur du régime végétarien est que, statistiquement, les végétariens sont plus minces et en meilleure santé. En moyenne, les végétariens pèsent environ 20 livres de moins que leurs homologues mangeurs de viande.

Selon l’institut Worldwatch américain, 1,1 milliard de personnes dans le monde souffrent d’insuffisance pondérale et 1,1 milliard en surpoids. Aux États-Unis, 23% des adultes sont obèses et 60% font de l’embonpoint. Mais l’obésité assaille 176 les pays pauvres aussi, du Brésil à la Chine.

Les populations du monde traditionnellement «maigres» et principalement végétariennes suivent maintenant rapidement les traces des populations typiquement non végétariennes. Manger de la viande devient de plus en plus synonyme d’un niveau de vie plus élevé.

L’Inde, par exemple, traditionnellement végétarienne depuis des milliers d’années, adopte rapidement les habitudes alimentaires carnivores, au grand bénéfice des cardiologues et des oncologues de ce pays. (L’Ayurveda, la médecine traditionnelle de l’Inde, était en grande partie responsable de maintenir la population indienne végétarienne.)

Bénéfices pour les enfants

La recherche de Harvard a montré qu’un régime végétarien réduit également les rhumes et les allergies. Les enfants surtout bénéficient grandement de l’abstinence de viande. Des études montrent que les enfants végétariens ont de meilleures dents et sont atteints de moins de maladies infantiles que les enfants non végétariens. Ils sont également moins sujets à l’obésité, cholestérol élevé, diabète et maladies cardiaques.

Arrêter de fumer

Les effets du tabac

Le tabac est le principal facteur de risques de cancers. Outre le cancer du poumon, la cigarette est le principal facteur de risques d’une vingtaine d’autres cancers (larynx, vessie, pancréas, etc.). Mais aussi de maladies cardiovasculaires (infarctus, anévrisme, thrombose, etc). De nombreuses autres pathologies sont également aggravées par le tabagisme : diabète, gastrite, etc. Il est responsable de plus de 33 % des cancers chez l’homme et de plus de 10 % des cancers chez la femme. Et ces chiffres sont en très forte augmentation.

Concernant les femmes, fumer détruit les ovules et accélère l’arrivée de la ménopause. Pour vous messieurs, c’est l’une des causes des pannes sexuelles !

Une raison supplémentaire d’arrêter de fumer est que la cigarette accélère également la baisse de l’audition liée à l’âge, probablement du fait du grand nombre de toxines que l’on retrouve dans la fumée de tabac : jusqu’à 6 000 toxines différentes !

Fumer est aussi mauvais pour la peau. D’abord, cela aggrave les problèmes de peau tels que l’eczéma ou le psoriasis et nous rend le teint gris et terne. Ensuite, dans la fumée de cigarette, on inhale énormément de radicaux libres à chaque bouffée. Ces radicaux libres ont le même effet sur nous que le sel et l’humidité sur un morceau de fer. Nous sommes ainsi « oxydés » de l’intérieur, et le processus de vieillissement s’accélère… Pour continuer, chaque cigarette nous carence en vitamine C alors que c’est l’une de plus antioxydantes.

Il induit une inflammation sévère des gencives, ce qui provoque des déchaussements dentaires précoces… Evidemment, cela est sans compter le teint jaunâtre qu’il donne à nos dents !

Côté minceur, la consommation de tabac est l’une des causes d’une mauvaise circulation. Résultat : on a les jambes gonflées le soir.

Arrêter de fumer naturellement

Le sevrage tabagique s’accompagne de nombreuses modifications physiologiques dont il faut tenir compte pour réussir son pari. Le goût se modifie du fait de la disparition en bouche des résidus de combustion. Les aliments retrouvent leur saveur naturelle, plus agréable, mais qui surprend au début. L’appétit change, et se porte davantage vers le sucré, le salé et le gras, avec une moindre attirance pour les fruits et les légumes.

Miser sur la bonne alimentation

Lorsque l’on décide d’arrêter de fumer, certaines plantes et techniques naturelles sont d’une grande aide. Mais avant cela, il est important de changer quelques habitudes, notamment alimentaires. En effet, une alimentation adaptée va permettre de gérer les effets du sevrage : moins de stress, moins d’envie de grignotage. L’apport de tous les nutriments essentiels aide le corps à bien gérer cette phase de transition. Parce que le but c’est de ne pas prendre du poids.

Pour limiter la dépendance

Il faut savoir que le processus de dépendance se passe dans le cerveau : quand la nicotine arrive, elle stimule la production d’un neurotransmetteur, la dopamine. Cela déclenche la sensation de plaisir et active le système de récompense.

Heureusement, le corps est capable d’en fabriquer naturellement, si on lui donne les bons éléments dès le matin : laitages (de préférence chèvre et brebis), des œufs (BIO !), amandes, graines de courge, avocat. Je vous recommande notamment ma recette de pancakes healthy avec de la purée d’amandes ou une part de Banana Bread.

Au goûter entre 16h et 18h : prenez un fruit de saison et/ou une poignée d’amandes.

Pour le soir, je vous conseille de mettre au menu les aliments qui vous permettront de sécréter les neurotransmetteurs pour vous relaxer et bien dormir : laitue, patate douce (recette de gaufres de patate douce), riz, dattes, amandes, noisettes, banane, ananas, fromage, dinde, légumes secs.

En complément, je vous conseille d’augmenter votre consommation de fruits et légumes, avec des jus de légumes par exemple. En effet, ils sont riches en vitamine C. Or la vitamine C intervient dans la synthèse de dopamine, l’hormone du plaisir.

Pour apaiser le stress

Il est indispensable de diminuer fortement votre consommation de viande, de sucres, d’alcool et de café.

Ensuite, pour limiter le stress, l’anxiété et favoriser le sommeil, je vous propose de manger des aliments riches en magnésium tels que des algues, céréales complètes, graines germées, oléagineux, fruits et légumes frais.

Enfin, n’oubliez pas de consommer entre 2 à 3 cuillères à soupe d’huile vierge bio crue de première pression à froid riche en oméga 3 : colza, cameline, périlla, noix, chanvre. A conserver au réfrigérateur !

Ce programme alimentaire vous aidera également à limiter la prise de poids suite à l’arrêt du tabac.

Griffonia

Griffonia simplicifolia est une plante anxiolytique, préconisée en cas de terrain dépressif. C’est en effet un précurseur immédiat de la sérotonine, ce neurotransmetteur qui joue un rôle essentiel dans la régulation du sommeil, des troubles de l’humeur et de l’appétit, si caractéristiques des candidats à l’arrêt du tabac. À savoir : le niveau de sérotonine a tendance à diminuer avec l’âge, et il est fortement réduit par les agressions du stress au quotidien.

La plante miracle : le kudzu

Remède millénaire en Chine, le kudzu serait l’une des rares plantes à pouvoir lutter contre les dépendances à l’alcool et au tabac. On peut en consommer aussi longtemps et autant qu’on le souhaite.

Le kudzu apaise notre système nerveux en stimulant la production de sérotonine, l’hormone du bien-être, et le neurotransmetteur GABA qui est impliqué dans les phénomènes de dépendance. Sa racine contient trois flavonoïdes (diadzine, diadzeine, et puerarine) qui exercent une action sur le système nerveux central

De plus, ses principes actifs se fixent sur les récepteurs nerveux habituellement occupés par la nicotine et ils interviennent dans le circuit de la récompense. Prendre du kudzu aide donc à diminuer la sensation de manque, et à se détendre nerveusement.

Pour des résultats optimums, il est conseillé de prendre des gélules de kudzu 3 fois par jour au moment des repas. D’une assimilation facile, et sans effets indésirables sur les intestins sensibles, puisqu’au contraire il contribue à les apaiser, le kudzu est un allié très pertinent.

La Valériane

La Valériane est une plante très utilisée quand on souhaite arrêter de fumer car elle évite l’énervement et les angoisses dues au sevrage et donne un goût désagréable à la cigarette ! La valériane est un sédatif efficace qui aide aussi à retrouver un sommeil rapide et réparateur. Souvent utilisée comme adjuvant en période de sevrage des addictions, elle calme les angoisses des fumeurs en manque, et, élément important lors d’une cure antitabac, dénaturant le goût de la cigarette, elle transforme chaque tentative en un acte désagréable. Plus généralement, la valériane peut être utilisée comme coupe-faim.

La Rhodiola

Surnommée « nouveau ginseng », la rhodiola est une plante thérapeutique conseillée pour retrouver le tonus et le moral. C’est pourquoi elle est bénéfique lors d’une cure de sevrage tabagique. Ses propriétés adaptogènes lui permettent d’accroître la force physique et la détermination et d’atténuer les méfaits du stress.

Huiles essentielles complémentaires :
  • Lavande Officinale : traite les angoisses, la nervosité, l’anxiété, la dépression, la fatigue intellectuelle / musculaire / nerveuse / physique, l’insomnie, les maux de tête et migraines, les infections intestinales / pulmonaires, l’asthme, les bronchites, Elle est anti-infectieuse et favorise la concentration, la détente. Elle intervient également contre la constipation, la cellulite, les crampes d’estomac, les quintes de toux. Quelques gouttes sur un mouchoir posé sur l’oreiller aident à trouver un sommeil réparateur.
  • Menthe Poivrée : anti-septique et tonique général, qui traite les maux de tête et la migraine, la fatigue intellectuelle / musculaire / nerveuse / physique, les infections intestinales / pulmonaires, l’asthme, favorise la digestion et lutte contre la mauvaise haleine. Cette huile est également utilisée en cas de choc émotionnel. Elle agit rapidement, stimule l’attention et atténue la fatigue lorsqu’elle est diffusée dans l’air.
  • Recette d’huiles essentielles : Santal 0.5 ml – Eucalyptus globulus 0.5 ml – Cyprès 0.5 ml – Camomille noble 0.5 ml – Menthe des champs 1 ml – Giroflier 0.1 ml
    HV noisette QSP 10 ml
Calcium et magnésium

Les fumeurs manquent souvent de calcium et de magnésium, d’où le stress en période de sevrage. Une cure avant d’arrêter est fortement conseillée pour préparer le terrain physique et psychologique. Prendre une capsule par jour.

Une technique manuelle efficace

Auriculothérapie : En stimulant des zones spécifiques de l’oreille, la réflexologie auriculaire est très utile lorsque l’on souhaite arrêter de fumer. Cette technique détoxifie l’organisme et limite les symptômes du sevrage en apaisant le stress et en contrôlant l’appétit. Pour de meilleurs résultats, il est conseillé de faire plusieurs séances au début de l’arrêt de la cigarette. C’est une thérapie basée sur deux aimants à placer à un point précis de votre oreille gauche. Après un mois de thérapie, celle-ci s’est révélée efficace dans de nombreux cas.

Chou chinois et café vert

Conçue pour aider l’organisme à accélérer l’élimination de la nicotine et des goudrons lors d’un sevrage tabagique, cette cure est composée de cresson, de chou chinois, de café vert, de sélénium, d’isoflavones de soja et d’acérola, source de vitamine C naturelle, faible chez les fumeurs. De plus, elle évite le vieillissement prématuré de la peau, dont les fumeurs sont souvent victimes.

Fleurs de Bach prunus, centaurée

Composé d’aigremoine, de bourgeons de marronnier, de prunus, de centaurée, de noyer, de pommier sauvage et de chicorée, le complexe Dépendance aide à dépasser les mauvaises habitudes, à limiter les abus de substances nocives et à libérer des attachements émotionnels en agissant sur le caractère et en harmonisant l’équilibre psychique. Une formule idéale pour ceux qui veulent arrêter de fumer et rompre le lien avec le passé.
Prendre 3 à 4 gouttes dans un verre d’eau ou directement sous la langue, quatre fois par jour avant les repas et le soir au coucher.

Un petit snif pour remplacer la cigarette

En cas de ressenti de manque, il faut réagir très rapidement :

  • Tout d’abord, je vous conseille de pratiquer des respirations abdominales : Commencer par une longue expiration – Ensuite, poser une main sur le ventre – A l’inspiration, le ventre se gonfle tel un ballon. On pousse la main posée sur le ventre –
    A l’expiration, l’air est expulsé lentement et le ventre s’abaisse – Vous pouvez pratiquer cette respiration à tout moment de la journée pour vous apaiser.
  • En complément de cette respiration ou à la place, inhaler par la bouche de l’huile essentielle de poivre noir. Des études ont montré qu’inhaler cette huile essentielle diminuait l’envie de cigarette. Ses molécules aromatiques ont un effet similaire à la fumée de la cigarette et réduisent ainsi l’envie de fumer.
  • Vous pouvez l’associer à de l’huile essentielle d’ylang ylang pour un effet apaisant.
  • Homéopathie : Argentum nitricum 7 CH et Staphysagria 9 CH, 2 granules de chaque, ensemble, pour contrer les envies irrépressibles de fumer.
Faciliter le sevrage
  • Limiter le stress et l’anxiété : A l’encontre des idées reçues, arrêter de fumer améliore l’humeur et rend moins stressé. Mais il n’est pas facile de passer les premiers jours de sevrage !
  • En plus de l’alimentation adaptée pour arrêter de fumer (voir plus haut), je vous recommande de boire tout au long de la journée des infusions. Des plantes comme la valériane, le passiflore, l’aubépine, l’oranger et la mélisse sont réputées calmantes et apaisantes. Vous pouvez les prendre seules à raison d’1 cuillère à soupe ou faire un mélange de ces différentes plantes selon vos goûts. L’idéal est de boire 2 à 3 tasses par jour. De plus, boire de l’eau (et des tisanes) accélère le processus d’élimination des substances addictives. Ma préférée reste la valériane pour son action anxiolytique. De plus, elle influerait sur la perception du tabac en lui donnant un mauvais goût.
  • Encore plus relaxant : prenez un bain chaud le soir pour vous détendre.
Éviter la prise de poids

Beaucoup de fumeurs redoutent l’abandon de la cigarette et ses répercussions sur la silhouette. Mais rien n’est systématique : le régime alimentaire conseillé plus haut ainsi que quelques gestes bien-être peuvent éliminer toute prise de poids indésirable.

En cas d’envie de grignotage, n’hésitez pas à prendre un jus de légumes accompagné d’1 cuillère à soupe de Klamath. La Klamath est une algue d’eau douce très riche en nutriments. Elle contient de la phényléthylamine (PEA) appelée hormone de l’amour. C’est le précurseur de la dopamine (hormone du plaisir) et de la sérotonine (hormone de la sérénité).

Au-delà du grignotage destiné à compenser la sensation de manque, le métabolisme énergétique de base diminue à l’arrêt du tabac. Donc l’idéal est d’augmenter ses dépenses énergétiques en pratiquant une activité physique ! De plus, l’activité physique est anxiolytique, modulateur des pulsions et tensions intérieures. Mais pas de panique, marcher 30 minutes tous les jours suffit.

Vous pouvez aussi vous tourner vers des activités de création, la musique, les voyages, la méditation…et les massages ! En effet, lorsque la peau est massée, elle libère une hormone à l’origine de la satiété….

Hypnose, yoga et sophrologie

L’hypnose est une des méthodes douces les plus recommandées pour aider à l’arrêt du tabac et reprogrammer l’inconscient. Après avoir analysé le profil du fumeur, le praticien le fait prendre conscience des nuisances du tabagisme et l’aide à faire le deuil de la cigarette. En séances individuelles ou en groupe, voire les deux.
Le yoga et la sophrologie sont de puissantes techniques de respiration. Quelques séances vous permettront d’apprendre à respirer calmement et à gérer le stress qu’engendre l’arrêt de la cigarette.

Gérer les problèmes digestifs

En cas de problèmes digestifs, les plantes peuvent aussi vous être d’un grand secours. Au lever, mélangez 1 cuillère à soupe de psyllium dans un verre d’eau tiède et boire rapidement. Cela vous aidera à lutter contre la constipation.

Vous pouvez augmenter les doses ponctuellement si vous n’allez pas à la selle dans la journée.

Les 1ères semaines d’arrêt de tabac

Les premières semaines d’arrêt de tabac sont les plus difficiles, ce sont donc, sans surprise, celles qui nécessitent le plus grand accompagnement.

Mais n’oubliez pas que dès les premiers mois d’arrêt, le risque cardiovasculaire diminue de 5 ans après la dernière cigarette, le cancer du poumon est réduit de 50 %, et il continue à baisser avec le temps. 
Et après 10 à 15 ans sans tabac, l’espérance de vie redevient identique à celle des personnes n’ayant jamais fumé.

Antibiotiques et Flore intestinale

La Flore intestinale bouleversée…. Une simple cure d’antibiotiques impacte notre flore jusqu’à un an après la prise (conclusions d’une étude dans un journal médical américain spécialisé en microbiologie mBio – Alternative Santé 2016). Notre tube digestif est constitué d’un très grand nombre de bactéries si bien qu’une prise d’antibiotiques a certes un effet sur les bactéries pathogènes (néfastes) mais aussi sur d’autres bonnes bactéries qui vivent naturellement en nous !

80 % de notre immunité a pour origine notre tube digestif, dont l’équilibre est directement dépendant de ce que nous mangeons.

Une bonne immunité s’obtient et s’entretient donc en mangeant tous les jours beaucoup de fruits et légumes… Frais et de saison !

Entre autres effets secondaires, ils induisent :

  • une hyper-perméabilité intestinale,
  • une barrière intestinale, modifiant l’absorption des nutriments après la digestion…

Aujourd’hui, nous savons qu’une flore intestinale abîmée, en particulier par des traitements antibiotiques, favorise l’obésité, le diabète, les problèmes cardiovasculaires, hépatiques…

Traitons le terrain et réservons la prise d’antibiotiques aux seuls cas nécessaires !

Si la prise d’antibiotiques est nécessaire : Il est impératif de renforcer votre flore intestinale pendant toute la durée du traitement et après.

Pré-biotiques – Pro-biotiques ?

Les prébiotiques sont des fibres végétales à la source de probiotiques, qui sont ces bactéries de la flore intestinale indispensables à la vie. Notre organisme ne peut pas entretenir une bonne flore intestinale, riche de ces fameuses « bactéries probiotiques », sans une bonne alimentation riche en « fibres prébiotiques ».

Sources alimentaires des prébiotiques :

Les fibres des fruits et des légumes nourrissent les bonnes bactéries de la flore intestinale et favorisent leur reproduction : artichaut, asperge, banane, oignon, figue, topinambour, blanc de poireau, oignon, ail…

Sources alimentaires des probiotiques :

Les aliments riches en ferments lactiques que l’on trouve naturellement dans la choucroute crue, les yaourts, les laits fermentés (lait ribot, kéfir), les fromages fermentés…

L’alimentation est notre remède :

Il faut ajouter que la flore intestinale ou microbiote est en perpétuelle évolution en fonction de ce que nous mangeons :

  • Trop de protéines animales et c’est la constipation, les mauvaises odeurs, les colites à bas bruit ou les douleurs intestinales récurrentes.
  • Trop de glucides assimilables (pain, riz blanc, pâtes, pâtisseries, sucreries…) et c’est l’inverse : diarrhées, ballonnements non odorants…
  • Trop d’antibiotiques, et les symptômes d’irritation intestinale, d’affaiblissement de l’immunité, de mauvais transit apparaissent… => dysbiose

Ce sont donc les prébiotiques (donc les fibres végétales solubles) présents dans notre alimentation quotidienne qui sont à la source de la formation des probiotiques de notre flore intestinale.

Leur abondance dans les végétaux exige, si nous voulons en profiter, de longuement mastiquer les fibres végétales pour empêcher l’action des phytates.

Ces molécules complexes que sont les phytates, sont des composés phosphorés liés à certains métaux tels le fer, et empêchent son absorption par l’intestin.

On peut aussi recourir ponctuellement à l’utilisation des supplémentations en ferments lactiques (également appelés probiotiques). Les bactéries lactiques comptent parmi les principaux probiotiques ; elles comprennent en particulier les lactobacilles (du genre Lactobacillus) et des bifidobactéries (du genre Bifidobacterium).

Pour avoir un effet positif sur la flore intestinale, il faut que les souches probiotiques aient été correctement sélectionnées, et soient apportées en quantités suffisantes à chaque prise (au moins 10 milliards) :

  • Pour un enfant en bas âge, les études concluent à 15 à 30 jours de cure.
  • Pour un adulte, 1 à 2 mois sont recommandés.

Ce type de supplémentation est à recommander en cas de cure d’antibiotiques, de gastro-entérite, de colopathies ou d’infections à répétition.

Il est important de souligner que la supplémentation en probiotiques de longue durée ne sera jamais aussi efficace qu’un réel changement alimentaire : manger beaucoup de fruits et légumes, de manière absolument quotidienne.

Quelques signes pouvant indiquer une dysbiose ?
  • allergies => La flore est en contact direct avec 70% de nos cellules immunitaires et contribue à la régulation de l’allergie.
  • inconforts intestinaux, ballonnements => Il y a la flore de fermentation (dégradation des sucres) ou de putréfaction (dégradation de protéines). Si l’une ou l’autre domine, il y a production anormale de gaz
  • être souvent malade => le microbiote correspond à 80 % de notre potentiel immunitaire
  • troubles de la mémoire => La flore équilibrée produit des substances qui favorisent la survie des cellules nerveuses dans les régions du cerveau impliquées dans la mémorisation.
  • fringales ou perte d’appétit => le microbiote joue un rôle important dans la régulation de l’appétit

Kefir de pomme : Recette de cidre

Pour 1 libre de cidre de kefir :

  • 1 litre de jus de pommes bio
  • 50 g de grains frais de kefir de fruits

Pour cette recette il n’y a pas besoin de rajouter du sucre, du citron et des figues.

Préparation :

  1. Mettre les ingrédients dans un bocal en verre, sans le remplir complètement. Si vous utilisez un bocal à joint hermétique, pensez à laisser l’air s’échapper de temps à autre – poser une mousseline retenue par un élastique sur le bocal, afin que l’air puisse circuler, mais éviter la poussière ;
  2. Laisser fermenter pendant 24h à une température comprise entre 15 – 20°C
  3. Filtrer la boisson à l’aide de la petite passoire à maille fine et récupérer ainsi les grain – laver les grains à l’eau froide
  4. consommer de suite ou alors remplir une bouteille avec la boisson obtenue et fermer hermétiquement, en veillant à ouvrir le récipient de temps à autre afin d’éviter une accumulation de gaz trop importante

Si le résultat est trop sucré à votre goût, pour une nouvelle culture de cidre de kefir utilisez un demi-litre de jus de pommes bio et un demi-litre d’eau à température ambiante.

N’oubliez pas de remettre régulièrement les grains de kefir de fruits dans leur milieu naturel (eau, sucre, citron et figues), afin d’éviter qu’ils dépérissent.

Infections infantiles : traitements naturels

  1. Reconnaissez que vous ou votre enfant avez une infection et que le corps et les les germes impliqués font de leur mieux pour restaurer votre santé et votre vitalité. Pour soutenir le corps cet effort, nous devons nous assurer qu’il a suffisamment d’énergie pour se nettoyer, se réparer et se guérir. Ceci peut arriver que si nous permettons au corps de se reposer. Si nous utilisons toute son énergie, le rétablissement ralentira ou sera long.
  2. Essayez d’éviter les médicaments. Les médicaments tels que le paracétamol supprime la stratégie de guérison et conduit à de nombreux autres problèmes physiques et émotionnels à l’avenir.
  3. Pour un enfant, la période de maladie est souvent un moyen de recevoir une attention particulière de ses parents. Il peut avoir beaucoup de câlins supplémentaires, des repas au lit et des histoires au coucher, etc. Bien sûr, certains parents peuvent penser que la maladie de leur enfant est très gênante. et montrer leur frustration en étant dur et insensible envers eux. Les enfants malades ont besoin et méritent un traitement spécial et d’être rassurés, surtout lorsqu’ils sont effrayés ou anxieux.
  4. Un enfant malade ne doit pas être excité ou stimulé par une exposition à trop de radio, de télévision, ou même de visiteurs. Privilégier les activités tranquilles telles que lire, dessiner et les jeux les aidant à éviter de trop s’attarder sur leur maladie. Assurez-vous qu’ils obtiennent un supplément de repos : se coucher tôt le soir et faire des siestes pendant la journée en cas de fatigue.
  5. Les enfants malades doivent boire beaucoup de liquides pour aider à éliminer les toxines du système. L’eau chaude est la meilleure boisson pour eux et devrait être la première option, tisanes et jus de carotte fraîchement pressé et dilué avec du jus de citron, du miel (éviter les jus d’agrumes si votre enfant a des oreillons).
  6. Évitez de donner à votre enfant quelque chose de froid, comme des boissons froides, de la crème glacée, du sucre ou aliments contenant du sucre, lait, yaourt ou autres produits laitiers, viande, poulet, poisson ou tout autre autre forme de nourriture protéinée. Comme le pouvoir digestif de l’enfant est affaibli pendant la maladie, ces aliments ne font que putréfier et acidifier le système digestif et irriter davantage le mucus
    De plus, les enfants malades, comme les animaux malades, ne veulent généralement pas ou n’ont pas besoin de nourriture. Le jeûne, tout en boivant uniquement de l’eau est le meilleur moyen d’encourager la réponse de guérison du corps. Quand l’enfant a faim, donner des purées de légumes fraîchement cuites, des soupes, des céréales chaudes comme bouillie / flocons d’avoine avec un peu de sucre de coco, ou avec du miel de bonne qualité. Affamer une infection est meilleure que de l’alimenter.
  7. Les enfants ont besoin de savoir ce qui leur arrive pendant une maladie et que cela est va bientôt passer. L’assurance que vous serez à leurs côtés est primordial.
  8. Si votre enfant fait de la fièvre, c’est le signe d’une réponse immunitaire saine. Une hausse de la température montre que le corps a pris en charge activement la situation et se bat contre l’infection. Les parents doivent se rappeler qu’une température élevée ne signifie pas nécessairement que leur enfant est très malade. Comme on l’a découvert récemment, même une température de 41 degrés degrés Celsius (106 degrés Fahrenheit), et légèrement au-dessus n’est pas toujours considéré comme en danger. La chose la plus importante à retenir est que les enfants et les bébés de moins de six mois qui souffrent de fièvre, doivent boire beaucoup d’eau, car ils ont tendance à déshydrater rapidement. Les éponger avec de l’eau tiède aide à garder le corps plus confortable pendant cette phase de guérison. Exposez et épongez seulement une partie du corps jusqu’à ce qu’il soit frais, puis passez au suivant. Éponger le visage et le visage de l’enfant, la tête, apportent également du soulagement. La fièvre stimule le système immunitaire, nettoie le corps de toxines, augmente la chaleur suffisamment haut pour que les microbes envahisseurs ne puissent pas survivre, crée plus d’anticorps et de globules blancs pour aider le corps à guérir, et des murs de fer dont
    les bactéries se nourrissent. Une fois que le corps a terminé son travail, la fièvre va baisser naturellement.
  9. Une autre règle de base est de garder un enfant froid et fiévreux au chaud et couvert. Cette volonté le faire transpirer, surtout la nuit, et aider à briser la fièvre, ce qui indique que le le «combat» du corps est presque terminé. Les enfants chauds et fiévreux doivent être gardés au frais et immergé dans un bain d’eau tiède. Si votre enfant présente des symptômes tels que des démangeaisons, des éruptions cutanées, des glandes enflées douloureuses, une toux ou une douleur, des yeux collants, il est le plus susceptible de récupérer sans aucune complication. S’il présente des symptômes inhabituels, vous pouvez consulter un
    praticien de l’aururveda, de l’homéopathie, de la médecine chinoise, etc., pour le traitement à domicile.
    10. Il vaut mieux ne pas donner d’aspirine aux enfants pendant une maladie car cela ralentit la réponse oar la fièvre et interfère avec la propre guérison du corps. Si votre médecin insiste pour administrer des antibiotiques à votre enfant, essayer d’en trouver un autre médecin pour vous donner un deuxième avis. Pau d’Arco, extrait de feuille d’olivier et exposition à la lumière du soleil (pour produire de la vitamine D) peut agir aussi efficacement que les antibiotiques, sans aucun effet secondaire.
    Dans la plupart des cas, aucun médicament n’est nécessaire. Dans une grande étude publiée en 1987 dans le British Medical Journal, 18 000 enfants ont reçu un remède homéopathique contre les méningite. Aucun des enfants n’a été infecté et aucun effet indésirable ne s’est développé depuis le traitement.
    11. Par mesure de précaution générale, n’emmenez pas trop votre enfant dans des garderies ou des crèches de bonne heure. Cela peut le protéger de nombreuses maladies infantiles. Les garderies augmentent la risque de méningiteHib, par exemple, par 24 fois. De nombreux centres gérés commercialement sont fréquemment «visité» par toutes sortes de microbes. L’environnement le plus sûr pour un enfant les premières années de sa vie est sa maison.
    12. Les adultes peuvent bénéficier d’un certain nombre de saunas à sudation courte ou de saunas infrarouges pour aider éliminer les toxines plus rapidement.
    13. Étant donné que les toxines présentes dans le côlon et le foie rendent toujours beaucoup plus difficile la guérison, faire des lavements au café, des lavements à l’eau, un Colema ou une irrigation colique peuvent rapidement réduire la gravité d’une infection ou l’arrêter complètement. (en savoir plus Nettoyage du FoieIrrigation du Côlon). La constipation
    doit être évitée par tous les moyens. Les lavements au café stimulent la bile dans le foie et aident le foie à éliminer les toxines.
    14. Les herbes immunitaires renforçantes telles que Pau D ’Arco, extrait de feuille d’olivier, échinacée, l’hydraste du Canada, l’astragale et l’extrait de pépins de pamplemousse peuvent également être utiles. Pour les infections topiques, vous pouvez utiliser du miel brut, de l’argile bentonite, de l’argile verte. Le sureau est utilisé comme remède populaire contre la grippe, le rhume et la toux depuis l’époque d’Hipocrate. Un scientifique israélien a récemment découvert pourquoi cela fonctionne si bien. Dans une étude contrôlée qui a permis aux personnes grippales de se rétablir en un temps record, le sureau désarme les virus. Les virus n’ont tout simplement pas pu pénétrer les parois des cellules du patient.
    15. Laissez une infection suivre son cours, même si cela prend une semaine ou deux ou plus. L’arrêter peut entraîner des infections répétées qui deviennent chaque fois plus graves. Élimine les toxines dans le corps à la place, et le besoin d’infection disparaîtra naturellement.

extrait « Etonnant nettoyage du foie, de la vésicule biliaire » Andréas Moritz

Pour aller plus loin : Nettoyage du Foie | Irrigation du Côlon | Nettoyage des Reins

Mauvaise circulation, agrandissement du coeur et de la rate, varices, congestion lymphatique, déséquilibres hormonaux

Le flux limité de sang dans la veine porte hépatique cause une congestion, particulièrement dans la rate, l’estomac, la partie distale de l’oesophage, le pancréas, la vésicule biliaire et les intestins. Ceci peut mener à un agrandissement de ces organes, réduire leur capacité à éliminer les déchets cellulaires et obstruer leurs veines respectives.

Une varice est une veine dilatée, que les valvulves ne se ferment plus suffisamment pour empêcher le sang de recouler en arrière. La pression dans les veines à la jointure du rectum et de l’anus dans le gros intestin mène au développement d’hémorroïdes. La dilatation de veines et de veinules indique systématiquement une obstruction du flux sanguin.

Un mauvais flux sanguin dans le foie impacte le coeur. Lorsque les organes du système digestif sont affaiblis par une augmentation de la pression veineuse, ils deviennent congestionnés et des déchets nuisibles commencent à s’y accumuler, y compris des débris cellulaires. La rate s’agrandit car elle prend en charge la tâche supplémentaire d’éliminer les cellules endommagées ou usées. Ceci ralentit encore plus la circulation du sang dans les organes du système digestif, ce qui stresse le coeur, augmente la tension et blesse les vaisseaux sanguins. Presque tout les types de maladies cardiaques ont une chose commun : une obstruction du flux sanguin.

Le système lymphatique, étroitement lié au système immunitaire, aide à nettoyer le corps des déchets métaboliques nuisibles, des corps étrangers et des débris cellulaires. Toutes les cellules relâchent des déchets métaboliques dans le liquide interstitiel, appelé aussi le tissu conjonctif. Ces déchets, s’accumulant dans les tissus conjonctifs, s’éliminent et sont désintoxiqués dans le système lymphatique. Les substances potentiellement nuisibles sont filtrées et neutralisées par les ganglions lymphatiques, localisés de façon stratégique à travers le corps. Une des fonctions clés du système lymphatique est d’éliminer les substances toxiques du liquide interstitiel.

Une mauvaise circulation sanguine provoque une saturation de déchets nuisibles dans le tissu interstitiel, dans les vaisseaux et les ganglions lymphatiques. Quand le drainage lymphatique est ralenti, le thymus, les amygdales et la rate commencent à se détériorer rapidement. Ces organes forment une partie importante du système de purification et d’immunité du corps.

Lors d’un flux limité de bile dans le foie et dans la vésicule biliaire, l’intestin grêle ne peut plus digérer la nourriture convenablement. Ceci met des quantités substantielles de déchets et de substances toxiques (cadavérines, putrescines – produits de la putréfaction d’aliments), qui s’infiltrent, avec les graisses et les protéines, dans les conduits lymphatiques puis dans le plus grand vaisseau lymphatique du corps – la canal thoracique au niveau de la citerne de Péquet.

Les toxines, les antigènes et les protéines d’origine animale non digérées, telles que le poisson, la viande, les oeufs et les produits laitiers mènent ces sacs de lymphe à grossir et s’enflammer. Surchargée et bouchée, la citerne de Péquet (sacs de lymphe) ne permet pas au système lymphatique d’éliminer suffisamment les protéines dégénérées (cellules usées) – oedème lymphatique (noeuds durs). 80% du système lymphatique est associé avec les intestins. Un blocage de conduit lymphatique  enflamment les ganglions lymphatiques, qui ne neutralisent plus ou ne désintoxiquent plus  les phagocytes morts, vivants, les microbes, les cellules usées, endommagées, les produits de fermentation, les pesticides, les particules chimiques, les cellules de tumeurs malignes, les millions de cellules cancéreuses… Cette inflammation provoque le gonflement de l’abdomen, des mains, des bras, des pieds ou chevilles, de boursouflures dans le visage et sous les yeux – rétention d’eau (ou précurseur principal de maladies chroniques). Chaque maladie chronique résulte d’une congestion de la citerne de Péquet – dû à des blocages, surchargé par l’afflux constant de matériel toxique, et du canal thoracique, se transformant en véritable « canal d’égout ».

L’accumulation des déchets métaboliques, due à la congestion lymphatique chronique et localisée, conduit à : obésité, kystes (utérus, ovaires), hypertrophie de la prostate, rhumatisme des articulations, agrandissement de la moitié gauche du coeur, échec cardiaque congestif, congestion des bronches et poumons, épaississement du cou, raideur dans le cou et les épaules, maux de reins, migraines, vertige, acouphène, otites, surdité, pellicules, grippe, sinusite, rhume des foins, asthme, agrandissement de la thyroïde, maladies des yeux, mauvaise vision, gonflements dans les seins, problèmes de reins, maux de dos, gonflements dans les jambes et les chevilles, scoliose, troubles du cerveau, perte de mémoire, problèmes d’estomac, agrandissement de la rate, syndrome du côlon irritable, hernies, polypes dans le gros intestins…

Quand le canal thoracique vide son contenu de déchets désintoxiqués dans la veine sous-clavière gauche et amènent les déchets toxiques directement vers le coeur et dans les artères, la totalité du système sanguin et à tous les autres parties du corps. Un lymphome (cancer de la lymphe), dont la maladie de « Hodgkin » est le résultat d’obstruction lymphatique.

Le dysfonctionnement du système circulatoire, à cause des calculs biliaires dans le foie, impacte la production des glandes endocrines, qui influencent l’activité physique, la croissance et l’alimentation. La congestion des glandes endocrines (thyroïde, parathyroïde, cortex surrénal, ovaires, testicules) due au dysfonctionnement circulatoire, mène à une sécrétion d’hormones déséquilibrées dans les îlots de « Langerhans », dans les pancréas, dans les glandes pinéales et pituitaires.

L’épaississement du sang (congestion sanguine) empêche les hormones d’atteindre leurs cibles dans le corps en quantités suffisantes, ce qui provoque une hyper-sécrétion (surproduction) d’hormones dans les glandes endocrines. Quand le drainage lymphatique des glandes est inefficace, les glandes souffrent de congestion, ce qui mène une hypo-sécrétion (manque d’hormones). Le déséquilibre des glandes thyroïdiennes provoque le goître, la maladie de Basedow, le myxoedème, les tumeurs de la thyroïde, l’hypothyroïdie, réduit l’absorption de calcium, cause des cataractes, des troubles comportementaux… La mauvaise absorption de calcium est responsable de l’ostéoporose (perte de densité des os). Les problèmes circulatoires interrompent la sécrétion de quantités suffisantes d’insuline dans les îlots pancréatiques de « langer-hans », d’où le diabète.

La production réduite de protéines incite les glandes surrénales à une surproduction de cortisol dans le sang, stimulant la synthèse de protéine, qui mène à l’atrophie du tissu lymphoïde et à une réponse immunitaire réduite – cause principale du cancer et de maladies graves.

Le foie contrôle certaines hormones, telles que l’insuline, le glucagon, le cortisol, l’aldostérone, les hormones thyroïdiennes et sexuelles. Les calculs biliaires dans le foie altèrent cette fonction vitale, ce qui peut avoir comme résultat une augmentation de la concentration d’hormones dans le sang.

extrait « Etonnant nettoyage du foie, de la vésicule biliaire » Andréas Moritz

Pour aller plus loin : Nettoyage du Foie | Irrigation du Côlon | Nettoyage des Reins

Troubles du système nerveux

Dans le monde rapide d’aujourd’hui, nous sommes exposés à toute une série d’impulsions qui déferlent sur nos sens. Les cellules de notre cerveau sont capables de fabriquer la quantité incroyable de substances chimiques dont elles ont besoin pour accomplir les tâches complexes qu’elles doivent exécuter chaque jour. Leur vie dépend de l’approvisionnement continu en éléments nutritifs dont elles ont besoin de produire ces substances chimiques.

Les déficits nutritionnels sont pour conséquence un mauvais fonctionnement du système digestif et, en particulier, du foie. Le manque de telles substances nutritives peut enfreindre la capacité de notre cerveau à fabriquer les substances chimiques, dont il a besoin pour fonctionner efficacement.

Le cerveau peut fonctionner pendant un certain temps avec des éléments nutritifs en quantités réduites et de qualité inférieure, mais le prix à payer inclut une mauvaise santé, la fatigue, le manque d’énergie, la dépression, la maladie, les douleurs, et le malaise généralisé. Certains déficits se manifestent dans des maladies mentales, telle que la schizophrénie et la maladie d’alzheimer.

La santé du système nerveux dépend principalement de la qualité du sang, composé de plasma (eau, protéines de plasma, sels minéraux, hormones, vitamines, substances nutritives, déchets organiques, anticorps, gaz) et de cellules sanguines (globules rouges (érythrocites), plaquettes (thrombocytes)). Des changements anormaux dans le sang se répercutent sur le système nerveux et sur le reste du corps.

Des calculs biliaires dans le foie interfèrent avec la digestion, l’assimilation de la nourriture, ce qui surcharge le plasma sanguin de déchets et réduit l’approvisionnement en substances nutritives de la moelle osseuse. Une modification de la composition des cellules sanguines empêche les hormones de circuler normalement, cause des réactions anormales dans le système nerveux, provoquant des maladies.

Le cerveau constitue 1/5 du poids du corps, contient 1/5 du volume sanguin total et consume de grandes quantités de glucose. Les calculs biliaires dans le foie réduisent radicalement l’approvisionnement en glucose du cerveau et du reste du système nerveux, ce qui peut entraver le fonctionnement des organes, des sens et de l’esprit.

Pendant les 1ères étapes d’un déséquilibre nerveux, une personne peut développer des envies de nourriture, particulièrement de sucreries ou de farineux, et avoir de fréquentes sautes d’humeur ou des tensions émotives.

La diminution des protéines du plasma ainsi que des facteurs de coagulation du sang à partir d’acides aminés, formés par le foie, peut causer des saignements capillaires spontanés, des hémorragie. Si une hémorragie a lieu dans le cerveau, elle peut causer la destruction de tissu du cerveau, la paralysie ou la mort. L’intensité des saignements est déterminée par des variables telles que l’hypertension et la consommation d’alcool.

Les calculs biliaires dans le foie et la vésicule biliaire réduisent les sels biliaires indispensables à la aux intestins, qui mal-absorbent les lipides et réduit la vitamine K, élément essentiel pour la synthèse des facteurs de coagulation, emmagasinée par le foie.

Des désordres vasculaires dus aux calculs biliaires dans le foie modifient l’épaisseur du sang, durcissent les vaisseaux sanguins et peuvent mener au détachement d’un caillot de sang (embole), causant une ischémie ou un infarctus ou une crise d’apoplexie (cerveau).

L’interruption des fonctions du foie a un effet particulièrement néfaste sur les atrocytes (cellule du tissu primaire du système nerveux central), menant à l’apathie, troubles de l’orientation, délire, rigidité musculaire, coma. Les déchets bactériens azotés absorbés par le côlon et non désintoxiqués par le foie, peuvent atteindre les cellules du cerveau via le sang. Les autres déchets métaboliques, tels que l’ammoniaque, peuvent atteindre des concentrations toxiques, modifier la perméabilité des vaisseaux sanguins dans le cerveau et réduire l’efficacité de la barrière hémato-encéphalique.

Des neurones insuffisamment nourris atrophient le tissu neuronal, ce qui mène à la démence ou la maladie d’alzheimer, tandis que la sous-alimentation des neurones, responsables de la production du neurotransmetteur dopamine, mène à la maladie de Parkinson. La sclérose en plaques (SEP) résulte d’une sous-alimentation des cellules qui produisent la myéline (gaine de graisse entourant les axones des cellules nerveuses), est le signe d’une congestion du gros intestin, empêchant une absorption correcte des substances nutritives.

La malabsorption des lipides par le foie, due aux calculs biliaires impacte le développement et le fonctionnement du cerveau, composé à plus de 10% de cholestérol (matière sèche), protégeant les nerfs contre les dommages ou les blessures.

extrait « Etonnant nettoyage du foie, de la vésicule biliaire » Andréas Moritz

Pour aller plus loin : Nettoyage du Foie | Irrigation du Côlon | Nettoyage des Reins

Troubles du système urinaire

Le système urinaire est constitué 2 reins, qui forment et excrètent l’urine. Un bon fonctionnement du système urinaire est essentiel afin de maintenir l’équilibre entre l’eau et les substances qui y sont dissoutes, ainsi que l’équilibre acidobasique. Ce système est actif dans l’élimination des déchets résultant de la dégradation (le catabolisme) des protéines cellulaires dans le foie.

100 à 150 litres de filtrat sont formés chaque jour par les deux reins et 1 à 1,5 litres sont excrétés sous forme d’urine. A l’exception des globules, les protéines des plaquettes de sang et toutes les autres composantes sanguines doivent passer par les reins.

Les calculs biliaires dans le foie et dans la vésicule biliaire réduisent la quantité de bile nécessaire pour digérer convenablement la nourriture. Une bonne partie de la nourriture non digérée commence à fermenter et putréfier, faisant ainsi passer des déchets toxiques dans le sang et dans la lymphe.

Quand les toxines acides sont déchargées dans le tissu conjonctif plus rapidement qu’elles ne sont neutralisées par le bicarbonate de soude secrété par le corps dans le sang et éliminées par les organes excréteurs. L’épaississement du tissu conjonctif par les déchets empêche l’absorption des éléments nutritifs, l’eau et l’oxygène par les cellules des organes, souffrant de sous-alimentation, de déshydratation et du manque d’oxygène.

Les protéines d’origine animale, en tant que substances des plus acides, sont mal traitées par le foie, quand il est obstrué par les calculs biliaires. Les protéines excessives sont « temporairement » emmagasinées dans le tissu conjonctif, puis sont transformées en fibre de collagène. Les fibres de collagène sont stockées dans les membranes basales peuvent devenir jusqu’à 10 fois plus épaisses que normales. Une situation similaire se passe dans les artères. Vu que les parois des vaisseaux sanguins deviennent de plus en plus encombrées, moins de protéines peuvent quitter le sang. Vu que les parois des vaisseaux sanguins deviennent de plus en plus encombrées, moins de protéines peuvent quitter le sang. Ceci mène à un épaississement du sang, ce qui le rend de plus en plus difficile à filtrer par les reins. En même temps, les membranes basales des vaisseaux sanguins qui nourrissent les reins, deviennent aussi encombrées, ce qui les rend dures et rigides. Au plus, la tension à l’intérieur augmente, au plus les reins souffrent et commencent à dégénérer. De plus en plus de déchets métaboliques, excrétés par les cellules rénales, et qui sont normalement éliminés via les vaisseaux sanguins veineux et les conduits lymphatiques, s’accumulent dans les reins et affaiblissent d’autant plus leur fonctionnement.

Les reins ne peuvent plus maintenir l’équilibre de liquides et d’électrolytes dans le corps. Les composantes urinaires peuvent précipiter, former des cristaux et des calculs de types, de tailles diverses. Des calculs urinaires acides dans l’urine dépasse 2-4 mg %. L’acide urique est un dérivé de la transformation des protéines dans le foie. Les calculs formés suite à des concentrations d’acide urique supérieures à 4 mg % peuvent mener à une obstruction urinaire, à une infection des reins et, finalement, à l’échec rénal.

Comme les cellules des reins sont de plus en plus privées d’éléments nutritifs vitaux, y compris d’oxygène, des tumeurs malignes peuvent s’y développer. Les cristaux d’acide urique qui ne sont pas éliminés par les reins peuvent se loger dans les articulations et causer du rhumatisme, la goutte et de la rétention d’eau.

Un sang toxique, rempli de petites molécules, de déchets et d’un excès de protéines provoque un mauvais fonctionnement des reins jusqu’aux maladies : l’hypertension, l’hypotension, une urine brun sombre, une soif excessive, une augmentation de la miction, une faible quantité d’urine par jour (500 ml), la pression dans la vessie, pigmentation de la peau et plus brune, chevilles gonflées…

extrait « Etonnant nettoyage du foie, de la vésicule biliaire » Andréas Moritz

Pour aller plus loin : Nettoyage du Foie | Irrigation du Côlon | Nettoyage des Reins