au coeur de la NATURE…
Naturopathie

Consultation pour Revitaliser tous vos systèmes, Optimiser votre puissance naturelle de guérison, Nettoyer vos toxines, Soigner la cause des maladies..

En savoir plus...

Aliments naturels

Kidney CancerCancer du rein

Le plus fréquent des cancers du rein (90% des cas) est l’adénocarcinome. Cette pathologie est rare avant 40 ans : la moitié des cas sont diagnostiqués chez des personnes âgées de 50 à 70 ans.Plus de 7 900 nouveaux cas de cancer du rein sont diagnostiqués chaque année en France. Ce cancer représente 2,5 % de l’ensemble des cancers. Dans 68 % des cas, il touche des hommes. Par sa fréquence, il se situe au 7e rang des cancers masculins et au 12e rang des cancers féminins. Il tue un près de 3 700 personnes par an.

Risques

Le tabagisme est un facteur de risque de cancer du rein : cette pathologie touche deux fois plus souvent les fumeurs que les non fumeurs.
Les patients atteints d’une maladie rénale qui nécessite des séances de dialyse régulières présentent également un risque accru de développer un cancer de rein.
Enfin, le risque de développer un cancer du rein est très élevé chez les patients atteints par la maladie de Von Hippel-Lindau. Il s’agit d’une maladie génétique qui se caractérise par une anomalie de formation des vaisseaux.

The most common cancers of the kidney (90% of cases) is adenocarcinoma. The disease is rare before 40 years: half of the cases are diagnosed in people aged 50-70 ans.Plus of 7900 new cases of kidney cancer are diagnosed each year in France. This cancer accounts for 2.5% of all cancers. In 68% of cases, it affects men. By frequency, it is 7th among male cancers and 12th of female cancers. It kills nearly 3700 people annually.

Risks

Smoking is a risk factor for kidney cancer: this disease affects twice as often smokers than nonsmokers.
Patients with kidney disease who require regular dialysis sessions are also at increased risk of developing kidney cancer.
Finally, the risk of developing kidney cancer is very high in patients by Von Hippel-Lindau. This is a genetic disorder that is characterized by a formation of abnormal vessels.

Knee replacementArthroplastie du genou

L’arthroplastie du genou ou prothèse du genou est l’opération visant à remplacer l’articulation du genou par une prothèse.Les prothèses du genou actuelles utilisent essentiellement des matériaux en métal et/ou polyéthylène. Lors de l’arthroplastie du genou, la partie inférieure du fémur et la partie supérieure du tibia sont remplacées et les parties articulaires des os sont remplacées par la prothèse, composée d’une pièce métallique fixée à l’extrémité inférieure du fémur et d’une autre pièce sur l’extrémité supérieure du tibia.L’arthroplastie du genou améliore les douleurs et la mobilité de l’articulation. L’arthroplastie du genou est réalisée par un chirurgien orthopédiste et nécessite une rééducation postopératoire.

Risques

La principale cause d’arthroplastie totale du genou est l’arthrose à un stade avancé ; elle touche les patients âgés de 55 à 75 ans.
D’autres causes conduisent également à l’intervention chirurgicale comme différentes formes d’arthrite inflammatoire, et notamment la polyarthrite rhumatoïde, qui endommagent cartilage et os du genou. Les patients atteints par ces maladies inflammatoires sont opérés à un âge plus jeune.
On estime le nombre de prothèses totales de genou posées chaque année à 120 000 aux États-Unis et 20 000 en France.

The knee or knee prosthesis is the operation to replace the knee joint by a prothèse.Les existing knee prostheses utilize essentially metal materials and / or polyethylene. In knee arthroplasty, the lower part of the upper femur and tibia are replaced and the joint portions of the bone is replaced by the prosthesis, composed of a metal part fixed to the lower end of the femur and another piece on the upper end of knee tibia.L’arthroplastie improves pain and mobility of the joint. Knee replacement surgery is performed by an orthopedic surgeon and requires post-operative rehabilitation.

Risks

The main cause of knee replacement surgery is osteoarthritis at an advanced stage; it affects patients aged 55-75 years.
Other causes also lead to surgery as different forms of inflammatory arthritis, including rheumatoid arthritis, cartilage and damaging knee bones. Patients with these inflammatory diseases are operated at a younger age.
The estimated number of total knee arthroplasty laid each year to 120,000 in the US and 20,000 in France.

Abdominal aortic aneurysmAnévrisme de l’aorte abdominale

L’aorte est la plus grosse artère du corps humain. L’anévrisme de l’aorte abdominale (ou AAA) est une dilatation d’une partie de cette artère, due à une faiblesse de la paroi. Le risque est la rupture avec un décès quasi certain.

On distingue en fait deux types d’anévrismes : les anévrismes « vrais » avec un élargissement de l’aorte et les « faux » anévrismes représentés par une poche anévrismale (comme un sac appendu à l’aorte).

Risque / Causes

Chaque année, on découvre 200 000 nouveaux cas anévrismes de l’aorte abdominale. L’athérome est la cause principale des anévrismes de l’aorte abdominale, représentant 95 % des cas. L’anévrisme de l’aorte abdominale s’intègre donc dans le cadre des maladies cardio-vasculaires et touche principalement une population de plus de 60 ans.
D’autres causes sont plus rares comme la syphilis, les anomalies congénitales du tissu élastique (maladie de Marfan) ou les infections. Le risque est représenté par la rupture ; ce risque est estimé à près de 20 % en cas d’anévrisme d’un diamètre supérieur à 7 cm.

Hypertension artérielle (HTA) et athérome modifient la résistance de la paroi aortique : l’affaiblissement conduit à une distension lente et progressive de l’aorte.
Cette distension est inéluctable : la tension de la paroi de l’artère est en effet proportionnelle à son rayon et à la pression artérielle (loi de Laplace).
L’HTA est donc un facteur aggravant de l’anévrisme de l’aorte abdominale.

The aorta is the largest artery in the human body. The abdominal aortic aneurysm (AAA) is an expansion of a portion of the artery due to a weakness in the wall. The risk is breaking with almost certain death.
Be distinguished in two types of aneurysms: Aneurysms « true » with an enlargement of the aorta and the « false » aneurysms represented by an aneurismal sac (sac as a pendant to the aorta).

Risk / Causes

Each year, we find 200,000 new cases of abdominal aortic aneurysms. The atherosclerosis is the leading cause of aneurysms of the abdominal aorta, accounting for 95% of cases. The abdominal aortic aneurysm thus fits in the context of cardiovascular disease and primarily affects a population of more than 60 years.
Other causes are rare, such as syphilis, congenital anomalies of the elastic tissue (Marfan’s disease) or infections. The risk is represented by the fracture; this risk is estimated to be about 20% in case of aneurysm diameter greater than 7 cm.
Hypertension (HTA) and atherosclerotic change the resistance of the aortic wall: the weakening leads to a slow and gradual stretching of the aorta.
This distension is inevitable: the wall tension of the artery is in effect proportional to its radius and to the arterial pressure (Laplace’s Law).
Hypertension is an aggravating factor for abdominal aortic aneurysm.

Olivier

Très longtemps, la feuille d’Olivier fut utilisée comme tonique et fébrifuge. On l’employait en remplacement du Quinquina dans les fièvres intermittentes. Mais ces qualités réelles sont maintenant éclipsées par la découverte de vertus bien plus importantes. Le premier G. Mazet, en 1938, montra que la feuille d’Olivier avait une nette action hypotensive, confirmée depuis par Oliviero, le bien nommé. La feuille d’Olivier assouplit et dilate les artères, elle favorise aussi la diurèse, fait régresser les œdèmes et diminue le taux d’urée sanguine. Elle est donc indiquée chez les hypertendus et les cardio-rénaux. Sa meilleure indication est l’hypertension essentielle, car c’est surtout sur le minima que s’effectue la baisse de tension.

Les mêmes auteurs ont constaté que la feuille d’Olivier détermine aussi une action hypoglycémiante manifeste : cette propriété est extrêmement intéressante quand l’hypertendu est aussi un diabétique.

L’huile d’olive, la plus parfumée de nos huiles de table, ensoleille la cuisine de son goût exquis et fruité.

C’est aussi une véritable huile de santé pour tous les insuffisants hépatiques. Emolliente et laxative elle favorise l’écoulement de la bile et active les fonctions intestinales. Elle se recommande même dans les coliques hépatiques et pour aider à l’évacuation des calculs biliaires. Elle passe aussi comme anthelminthique. Elle est quelquefois employée pour combattre l’irritation du tube digestif dans certains empoisonnements. Fine et pénétrante, elle sert d’excipient pour des quantités de liniments, d’onguents et de produits pharmaceutiques.

[wptab name=’Description’]Familles des Oléacées.

Originaire de l’Asie et très répandu en Grèce, l’Olivier est cultivé dans tout le midi de l’Europe. Symbole de la Paix et de la Sagesse, l’Olivier était l’objet de célèbres légendes et d’un véritable culte de la part des Grecs, amour parfaitement justifié puisqu’il est un arbre de première nécessité, fournissant une huile inégalable en qualité. Ses feuilles et son huile jouissent de précieuses vertus médicinales.[/wptab]

[wptab name=’Utilisation’]Interne

En dehors des extraits spécialisés en pharmacie, on peut utiliser la recette du Dr Mazet : faire bouillir une vingtaine de feuilles dans une bonne tasse d’eau jusqu’à réduction de moitié. Passer, sucrer et boire chaud matin et soir (valable contre l’hypertension et contre le diabète).

Huile d’Olive. Elle s’administre à la dose d’une cuillerée à soupe le matin à jeun (on peut la mêler à un jus d’agrumes).

Externe

Lavement. Fait avec une petite poire d’huile d’Olive, il est fort efficace.

Huile. Mêlée à un blanc d’œuf, elle calme instantanément la douleur d’une brûlure et aide à la cicatrisation.

On la recommande en massages des gencives contre le déchaussement des dents.

L’olivier sauvage (Oleastre), très commun en Algérie, plus petit que l’Olivier domestique, et épineux, a aussi des feuilles et des fruits plus réduits. Il était très préconisé comme fébrifuge et on l’administrait sous forme de vin ou de pilules.[/wptab]

[wptab name=’Propriétés’]

  • Tonique
  • Fébrifuge
  • Hypotensive
  • Hypoglycémiant
  • Emollient
  • Laxatif
  • Cholagogue
  • Anthelminthique

[/wptab]
[wptab name=’Soins’]

Esthétique

Une recette très simple pour bronzer consiste à s’enduire le corps d’huile d’olive avant de s’exposer au soleil. Il est toutefois recommandé d’éviter les expositions prolongées, car l’huile d’olive en elle-même n’est pas un antisolaire des plus efficaces.

[/wptab]
[end_wptabset skin= »pepper_grinder » location= »top » width= »400 px » onhover= »1″ ]

HE Thym

.

Indications (VT +) :

  • Sinusite, bronchite catarrhale +++, bronchite virale

Contre-indications : Aucune connue aux doses physiologiques

.

.

[wptab name=’Description’]Familles des Lamiacées

Ce sont des plantes rampantes ou en coussinet portant de petites fleurs rose pâle ou blanches. Ces plantes sont riches en huiles essentielles et à ce titre font partie des plantes aromatiques.

[/wptab]
[wptab name=’Composition’]Parties utilisées : Sommité fleurie

  • Monoterpènes : alpha-thujène (0,4%), alpha-pinène (2,5%), beta-pinène (2%), camphène (0,2%), sabinène (1%), myrcène (0,2%), limonène (2,8%), p-cymène (1,3%), terpinolène (4%)
  • Sesquiterpènes : beta-caryophyllène (0,1%), beta-gurjunène (0,3%), allo-aromadendrène (0,2%), gamma et delta- cadinènes (0,1%), alpha-copaène (tr.), longifolène (tr.)
  • Monoterpénols : cis- et trans-thujanols-4 (0,2%), linalol (10-20%), 3-terpinène-1-ol (0,2%), terpinène-1-ol-4 (0,4%), tr.pinocarvéol (8%), géraniol (0,2%)
  • Esters terp. : acétates de linalyle (1,5%), de 3-terpinène-1-yle (0,2%), de bornyle (0,2%), de tr.pinocarvyle (0,5%), de terpényle (2-7%) et de géranyle (0,1%), isovalérates divers
  • Oxydes terp. : 1,8-cinéole (55-75 %), caryophyllène oxyde (tr.)
  • Monoterpénones : camphre (4%)
  • Phénols : thymol (tr.-5%)

[/wptab]
[wptab name=’Propriétés’]

  • Anticatarrhale, expectorante (par stimulation des glandes à mucine), décongestionnante bronchopulmonaire +++
  • Anti-infectieuse, antibactérienne, antiseptique

[/wptab]
[end_wptabset skin= »pepper_grinder » location= »top » width= »400 px » onhover= »1″ ]

HE Faux poivrier

.

Indications (VT +) :

  • Bronchite ++
  • Désinfection des locaux

Contre-indications : Non connues

.

[wptab name=’Description’] Famille des Anacardiacées

On l’appelle également :

Le faux poivrier est une espèce d’arbre dont les baies constituent l’épice connue sous les noms de «poivre rose » ou « baies roses ».

Originaire d’ Amérique du Sud (Brésil), il est aujourd’hui exploité pour ses baies dans d’autres régions tropicales, comme à la Réunion.

[/wptab]
[wptab name=’Composition’]Parties utilisées : Rameau et baies

  • Monoterpènes : alpha- et beta-pinènes (25 et 35 %), alpha- et beta-phellandrènes (24-34 % et 10-15 %), limonène (10-16 %)
  • Sesquiterpènes : beta-caryophyllène, delta-cadinène

[/wptab]
[wptab name=’Propriétés’]

  • Anticatarrhale, expectorante ++
  • Antiseptique

[/wptab]
[end_wptabset skin= »pepper_grinder » location= »top » width= »400 px » onhover= »1″ ]

HE Khella

Indications (VT +) :

  • Insuffisance coronarienne ++, athérosclérose, hémogliase +
  • Asthme (crise) +++
  • Colite spasmodique +, colique hépatique ++
  • Coliques néphrétiques ++

Contre-indications : Usage cutané, sauf urgence (photosensibilisante par la présence de furocoumarines), effets secondaires possibles chez l’allergique

[wptab name=’Description’]Famille des Apiacées

On l’appelle également : ammi visnage, Noukha

Le khella, est une plante herbacée.

En France, l’ammi visnage pousse dans le Midi, jusque dans la Drôme, et de l’ouest (Charente maritime, Gironde, Landes) jusqu’au Languedoc-Roussillon. On le trouve aussi en Eurasie et Afrique septentrionale (dans la vallée du Nil en Égypte, au Maroc, en Algérie et Tunisie). Il s’est naturalisé dans certains états des États-Unis (Californie, Texas, Floride etc.) et d’Amérique du Sud ou du Mexique.

Il affectionne les champs et les lieux sablonneux.

Il est cultivé aussi bien à des fins ornementales que médicinales. En Égypte, la plante est cultivée l’hiver pour approvisionner l’industrie pharmaceutique.

bacée annuelle ou bisannuelle.

[/wptab]
[wptab name=’Composition’]Parties utilisées : Semence

  • Monoterpénols : linalol, bornéol,
  • Esters aliph., terp., et arom. : acétates de bornyle et de sesquiterpényles, isovalérate de benzyle
  • Coumarines
  • Furocoumarines : (+)-marmesine, 8-hydroxybergaptène
  • Pyrocoumarines : (+)+ciskhellactone
  • Diesters dihydropycoumariniques : samidine
  • Chromones : khelline (1 %), visnagine (0,1 %)

[/wptab]
[wptab name=’Propriétés’]

  • Négativante
  • Antispasmodique (action décontractante papavérinique) +++ : coronarodilatatrice, bronchodilatatrice, urétérodilatatrice
  • Anticoagulante

[/wptab]
[end_wptabset skin= »pepper_grinder » location= »top » width= »400 px » onhover= »1″ ]

Lierre grimpant

De tout temps, le Lierre attira l’attention de l’homme. Les anciens Egyptiens l’avaient consacré à Osiris. Pour les Grecs, il préservait de l’ivresse et symbolisait la victoire du guerrier. C’était aussi une des plantes de la pharmacopée des druides. Attribut des petites divinités secondaires, le Lierre était utilisé au point de vue médicinal contre la toux, la coqueluche et – déjà – contre la cellulite ; mais il fallait cueillir ses feuilles sur la tête d’une statue et les appliquer sur le front, enfermées dans une étoffe de couleur rouge…
L’écorce fut utilisée contre la syphilis et contre les dartres.

Les baies sont purgatives et émétiques. Employées autrefois en infusion, elles ne sont plus jamais utilisées de nos jours, car elles sont toxiques et ont déjà causé la mort accidentelle d’enfants imprudents.
Le bois du Lierre était renommé, en médecine populaire, contre la coqueluche et les toux quinteuses : certains paysans utilisaient un gobelet creusé dans le tronc d’un vieux Lierre et y mettaient à macérer du vin destiné au malade. Au Maroc, de même, on utilise couramment l’extrait du vieux tronc de Lierre. Cette observation a conduit un médecin de Bordeaux, François Leuret, à mettre au point une teinture de Lierre grimpant contre les quintes de toux, et un laboratoire pharmaceutique à commercialiser l’extrait.
Mais la grande victoire thérapeutique du Lierre demeure la cellulite. Beaucoup de pommades anticellulites du commerce sont à base de Lierre grimpant. La plante détend la peau crispée et surtout calme les douleurs provoquées par la cellulite. Elle diminue l’empâtement de façon notable et assouplit les régions envahies par les nodosités et les placards caractéristiques de cette maladie du tissu conjonctif. Elle agit de façon remarquable aussi sur les vergetures provoquées par la distension des téguments (grossesse, obésité). C’est, en plus, un excellent remède des douleurs rhumatismales, des névralgies, du lumbago, de la sciatique.

[wptab name=’Description’] Famille des Araliacées

Son nom latin Hedera est dérivé du celtique hedra, qui signifie la « corde ».

Cette plante grimpante des vieux murs, des décombres et des ruines cache de son épais manteau bien des misères.

[/wptab]
[wptab name=’Utilisation’]Interne

Alcoolature de bois de Lierre : Faire macérer 10 g de bois frais dans 100 g d’alcool. Prendre, en 5 prises, de 10 à 40 gouttes par jour. Ne pas dépasser la dose.

Externe

Décoction : 200 g de feuilles qu’on laisse cuire à feu doux pendant 3 heures dans 1 l d’eau. Contre la cellulite et les douleurs, imbiber des compresses de cette décoction chaude. Les compresses imbibées d’eau chaude additionnée d’alcoolature (500 g d’eau pour 2 cuillerées à soupe) sont aussi efficaces.

Cataplasmes de feuilles fraîches broyées, qu’on renouvellera dans le même dessein toutes les 2 heures, sur les endroits douloureux. Appliquer ce cataplasme chaud chaque soir sur les amas graisseux.

Vinaigre de Lierre : Macérer une bonne poignée de feuilles fraîches hachées dans 1 l de vinaigre bouillant pendant 6 heures. Filtrer. Les feuilles ainsi macéréres appliquées sur un cor douloureux sont, par ailleurs, très efficaces.

Huile : Massages au moyen d’une huile composée de 10 g d’alcoolature pour 30 g d’huile de Camomille. Si les douleurs sont particulièrement vives ou tenaces, ajouter au mélange 20 g de baume tranquille.

[/wptab]
[wptab name=’Propriétés’]

  • Antitussif
  • Purgatif
  • Emetique

[/wptab]
[wptab name=’Soins’]

Esthétique

Pour obtenir un bain relaxant, tonifiant et décontractant, mettre dans l’eau une préparation obtenue en faisant cuire doucement dans 1 litre d’eau, pendant deux ou trois heures, quatre ou cinq poignées de feuilles de lierre grimpant.
Une décoction obtenue en mettant en contact, tout en agitant, pendant quinze ou vingt minutes, une petite poignée de feuilles de lierre grimpant avec 1 litre d’eau bouillante fournira un excellent shampooing.

[/wptab]
[end_wptabset skin= »pepper_grinder » location= »top » width= »400 px » onhover= »1″ ]

HE Muscadier dit « noix de muscade »

Indications (VT +) :

  • Atonie digestive, entérocolites spasmodique et infectieuse, diarrhées, parasitoses ++
  • Accouchement (facilite)
  • Rhumatismes aigu et chronique, entorses, courbatures +++
  • Asthénie +++

Contre-indications : Cf. Livre second (phénols méthyl-éthers p. 189)

[wptab name=’Description’]Familles des Myristicacées

Le Muscadier est un arbre produisant la noix de muscade.

C’est un arbre tropical originaire des îles Banda dans l’archipel des Moluques en Indonésie et qui est cultivé maintenant aux Antilles et à Grenade.

Parfum : balsamique, chaud, épicé
Action énergétique : yang
Planètes dominantes : Soleil, Jupiter
[/wptab]
[wptab name=’Composition’]Parties utilisées : Noix

  • Monoterpènes : alpha- et beta-pinènes (25 % et 10 %), sabinène (18 %), a et gamma-terpinènes (4 % et 8 %), limonène (3 %)
  • Monoterpénols : terpinène-1-ol-4 (10%)
  • Phénols : eugénols, isoeugénol
  • Phénols méthyl-éthers : myristicine (6%), élémicine (0,2%)
  • Ethers-oxydes : safrole (1%)

[/wptab]
[wptab name=’Propriétés’]

  • Antiseptique, antiparasitaire
  • Antalgique, analgésique +++
  • Tonique générale, neurotonique +++, carminative, utérotonique (emménagogue)

[/wptab]
[wptab name=’Soins’]

Intimité

Grâce à son action tonique et stimulante, elle peut être utilisée sous forme de bain, ou bien être associée à une huile de base, pour des massages, en cas de dépression de la libido due à une fatigue excessive ou au stress.

[/wptab]
[end_wptabset skin= »pepper_grinder » location= »top » width= »400 px » onhover= »1″ ]

HE Eucalyptus d’Australie

Indications (VT +) :

  • Rhinite, rhinopharyngite, grippe +++, otite, sinusite, bronchite +++, toux +++ ;
  • Conjonctivite, iridocyclite +++
  • Vaginite, endométriose
  • Acné
  • Asthénie, frilosité

Contre-indications : Aucune connue aux doses physiologiques et subphysiologiques

[wptab name=’Description’]Famille des Myrtacées

On l’appelle également : Eucalyptus officinal

[/wptab]
[wptab name=’Composition’]Parties utilisées : Feuilles

  • Monoterpènes (8%) : alpha-pinène (3,75%), beta-pinène (1%), myrcène (2%)
  • Monoterpénols (20%) : linalol (0,4%), bornéol, isoterpinéol-4 (2%); géraniol (2,6%), (-)-alpha-terpinéol (14%)
  • Monoterpénals (8%) : myrténal, citronnellal, géranial, néral
  • Oxydes terp. : 1,8-cinéole (62-72 %), un époxycyclomonoterpène, caryophyllène oxyde

[/wptab]
[wptab name=’Propriétés’]

  • Positivante
  • Anti-infectieuse, antibactérienne ++, antivirale +++
  • Anticatarrhale, expectorante ++++
  • Anti-inflammatoire

[/wptab]
[end_wptabset skin= »pepper_grinder » location= »top » width= »400 px » onhover= »1″ ]