au coeur de la NATURE…
Naturopathie

Consultation pour Revitaliser tous vos systèmes, Optimiser votre puissance naturelle de guérison, Nettoyer vos toxines, Soigner la cause des maladies..

En savoir plus...

Gaïa Santé

Arrêter de fumer

Les effets du tabac

Le tabac est le principal facteur de risques de cancers. Outre le cancer du poumon, la cigarette est le principal facteur de risques d’une vingtaine d’autres cancers (larynx, vessie, pancréas, etc.). Mais aussi de maladies cardiovasculaires (infarctus, anévrisme, thrombose, etc). De nombreuses autres pathologies sont également aggravées par le tabagisme : diabète, gastrite, etc. Il est responsable de plus de 33 % des cancers chez l’homme et de plus de 10 % des cancers chez la femme. Et ces chiffres sont en très forte augmentation.

Concernant les femmes, fumer détruit les ovules et accélère l’arrivée de la ménopause. Pour vous messieurs, c’est l’une des causes des pannes sexuelles !

Une raison supplémentaire d’arrêter de fumer est que la cigarette accélère également la baisse de l’audition liée à l’âge, probablement du fait du grand nombre de toxines que l’on retrouve dans la fumée de tabac : jusqu’à 6 000 toxines différentes !

Fumer est aussi mauvais pour la peau. D’abord, cela aggrave les problèmes de peau tels que l’eczéma ou le psoriasis et nous rend le teint gris et terne. Ensuite, dans la fumée de cigarette, on inhale énormément de radicaux libres à chaque bouffée. Ces radicaux libres ont le même effet sur nous que le sel et l’humidité sur un morceau de fer. Nous sommes ainsi « oxydés » de l’intérieur, et le processus de vieillissement s’accélère… Pour continuer, chaque cigarette nous carence en vitamine C alors que c’est l’une de plus antioxydantes.

Il induit une inflammation sévère des gencives, ce qui provoque des déchaussements dentaires précoces… Evidemment, cela est sans compter le teint jaunâtre qu’il donne à nos dents !

Côté minceur, la consommation de tabac est l’une des causes d’une mauvaise circulation. Résultat : on a les jambes gonflées le soir.

Arrêter de fumer naturellement

Le sevrage tabagique s’accompagne de nombreuses modifications physiologiques dont il faut tenir compte pour réussir son pari. Le goût se modifie du fait de la disparition en bouche des résidus de combustion. Les aliments retrouvent leur saveur naturelle, plus agréable, mais qui surprend au début. L’appétit change, et se porte davantage vers le sucré, le salé et le gras, avec une moindre attirance pour les fruits et les légumes.

Miser sur la bonne alimentation

Lorsque l’on décide d’arrêter de fumer, certaines plantes et techniques naturelles sont d’une grande aide. Mais avant cela, il est important de changer quelques habitudes, notamment alimentaires. En effet, une alimentation adaptée va permettre de gérer les effets du sevrage : moins de stress, moins d’envie de grignotage. L’apport de tous les nutriments essentiels aide le corps à bien gérer cette phase de transition. Parce que le but c’est de ne pas prendre du poids.

Pour limiter la dépendance

Il faut savoir que le processus de dépendance se passe dans le cerveau : quand la nicotine arrive, elle stimule la production d’un neurotransmetteur, la dopamine. Cela déclenche la sensation de plaisir et active le système de récompense.

Heureusement, le corps est capable d’en fabriquer naturellement, si on lui donne les bons éléments dès le matin : laitages (de préférence chèvre et brebis), des œufs (BIO !), amandes, graines de courge, avocat. Je vous recommande notamment ma recette de pancakes healthy avec de la purée d’amandes ou une part de Banana Bread.

Au goûter entre 16h et 18h : prenez un fruit de saison et/ou une poignée d’amandes.

Pour le soir, je vous conseille de mettre au menu les aliments qui vous permettront de sécréter les neurotransmetteurs pour vous relaxer et bien dormir : laitue, patate douce (recette de gaufres de patate douce), riz, dattes, amandes, noisettes, banane, ananas, fromage, dinde, légumes secs.

En complément, je vous conseille d’augmenter votre consommation de fruits et légumes, avec des jus de légumes par exemple. En effet, ils sont riches en vitamine C. Or la vitamine C intervient dans la synthèse de dopamine, l’hormone du plaisir.

Pour apaiser le stress

Il est indispensable de diminuer fortement votre consommation de viande, de sucres, d’alcool et de café.

Ensuite, pour limiter le stress, l’anxiété et favoriser le sommeil, je vous propose de manger des aliments riches en magnésium tels que des algues, céréales complètes, graines germées, oléagineux, fruits et légumes frais.

Enfin, n’oubliez pas de consommer entre 2 à 3 cuillères à soupe d’huile vierge bio crue de première pression à froid riche en oméga 3 : colza, cameline, périlla, noix, chanvre. A conserver au réfrigérateur !

Ce programme alimentaire vous aidera également à limiter la prise de poids suite à l’arrêt du tabac.

Griffonia

Griffonia simplicifolia est une plante anxiolytique, préconisée en cas de terrain dépressif. C’est en effet un précurseur immédiat de la sérotonine, ce neurotransmetteur qui joue un rôle essentiel dans la régulation du sommeil, des troubles de l’humeur et de l’appétit, si caractéristiques des candidats à l’arrêt du tabac. À savoir : le niveau de sérotonine a tendance à diminuer avec l’âge, et il est fortement réduit par les agressions du stress au quotidien.

La plante miracle : le kudzu

Remède millénaire en Chine, le kudzu serait l’une des rares plantes à pouvoir lutter contre les dépendances à l’alcool et au tabac. On peut en consommer aussi longtemps et autant qu’on le souhaite.

Le kudzu apaise notre système nerveux en stimulant la production de sérotonine, l’hormone du bien-être, et le neurotransmetteur GABA qui est impliqué dans les phénomènes de dépendance. Sa racine contient trois flavonoïdes (diadzine, diadzeine, et puerarine) qui exercent une action sur le système nerveux central

De plus, ses principes actifs se fixent sur les récepteurs nerveux habituellement occupés par la nicotine et ils interviennent dans le circuit de la récompense. Prendre du kudzu aide donc à diminuer la sensation de manque, et à se détendre nerveusement.

Pour des résultats optimums, il est conseillé de prendre des gélules de kudzu 3 fois par jour au moment des repas. D’une assimilation facile, et sans effets indésirables sur les intestins sensibles, puisqu’au contraire il contribue à les apaiser, le kudzu est un allié très pertinent.

La Valériane

La Valériane est une plante très utilisée quand on souhaite arrêter de fumer car elle évite l’énervement et les angoisses dues au sevrage et donne un goût désagréable à la cigarette ! La valériane est un sédatif efficace qui aide aussi à retrouver un sommeil rapide et réparateur. Souvent utilisée comme adjuvant en période de sevrage des addictions, elle calme les angoisses des fumeurs en manque, et, élément important lors d’une cure antitabac, dénaturant le goût de la cigarette, elle transforme chaque tentative en un acte désagréable. Plus généralement, la valériane peut être utilisée comme coupe-faim.

La Rhodiola

Surnommée « nouveau ginseng », la rhodiola est une plante thérapeutique conseillée pour retrouver le tonus et le moral. C’est pourquoi elle est bénéfique lors d’une cure de sevrage tabagique. Ses propriétés adaptogènes lui permettent d’accroître la force physique et la détermination et d’atténuer les méfaits du stress.

Huiles essentielles complémentaires :
  • Lavande Officinale : traite les angoisses, la nervosité, l’anxiété, la dépression, la fatigue intellectuelle / musculaire / nerveuse / physique, l’insomnie, les maux de tête et migraines, les infections intestinales / pulmonaires, l’asthme, les bronchites, Elle est anti-infectieuse et favorise la concentration, la détente. Elle intervient également contre la constipation, la cellulite, les crampes d’estomac, les quintes de toux. Quelques gouttes sur un mouchoir posé sur l’oreiller aident à trouver un sommeil réparateur.
  • Menthe Poivrée : anti-septique et tonique général, qui traite les maux de tête et la migraine, la fatigue intellectuelle / musculaire / nerveuse / physique, les infections intestinales / pulmonaires, l’asthme, favorise la digestion et lutte contre la mauvaise haleine. Cette huile est également utilisée en cas de choc émotionnel. Elle agit rapidement, stimule l’attention et atténue la fatigue lorsqu’elle est diffusée dans l’air.
  • Recette d’huiles essentielles : Santal 0.5 ml – Eucalyptus globulus 0.5 ml – Cyprès 0.5 ml – Camomille noble 0.5 ml – Menthe des champs 1 ml – Giroflier 0.1 ml
    HV noisette QSP 10 ml
Calcium et magnésium

Les fumeurs manquent souvent de calcium et de magnésium, d’où le stress en période de sevrage. Une cure avant d’arrêter est fortement conseillée pour préparer le terrain physique et psychologique. Prendre une capsule par jour.

Une technique manuelle efficace

Auriculothérapie : En stimulant des zones spécifiques de l’oreille, la réflexologie auriculaire est très utile lorsque l’on souhaite arrêter de fumer. Cette technique détoxifie l’organisme et limite les symptômes du sevrage en apaisant le stress et en contrôlant l’appétit. Pour de meilleurs résultats, il est conseillé de faire plusieurs séances au début de l’arrêt de la cigarette. C’est une thérapie basée sur deux aimants à placer à un point précis de votre oreille gauche. Après un mois de thérapie, celle-ci s’est révélée efficace dans de nombreux cas.

Chou chinois et café vert

Conçue pour aider l’organisme à accélérer l’élimination de la nicotine et des goudrons lors d’un sevrage tabagique, cette cure est composée de cresson, de chou chinois, de café vert, de sélénium, d’isoflavones de soja et d’acérola, source de vitamine C naturelle, faible chez les fumeurs. De plus, elle évite le vieillissement prématuré de la peau, dont les fumeurs sont souvent victimes.

Fleurs de Bach prunus, centaurée

Composé d’aigremoine, de bourgeons de marronnier, de prunus, de centaurée, de noyer, de pommier sauvage et de chicorée, le complexe Dépendance aide à dépasser les mauvaises habitudes, à limiter les abus de substances nocives et à libérer des attachements émotionnels en agissant sur le caractère et en harmonisant l’équilibre psychique. Une formule idéale pour ceux qui veulent arrêter de fumer et rompre le lien avec le passé.
Prendre 3 à 4 gouttes dans un verre d’eau ou directement sous la langue, quatre fois par jour avant les repas et le soir au coucher.

Un petit snif pour remplacer la cigarette

En cas de ressenti de manque, il faut réagir très rapidement :

  • Tout d’abord, je vous conseille de pratiquer des respirations abdominales : Commencer par une longue expiration – Ensuite, poser une main sur le ventre – A l’inspiration, le ventre se gonfle tel un ballon. On pousse la main posée sur le ventre –
    A l’expiration, l’air est expulsé lentement et le ventre s’abaisse – Vous pouvez pratiquer cette respiration à tout moment de la journée pour vous apaiser.
  • En complément de cette respiration ou à la place, inhaler par la bouche de l’huile essentielle de poivre noir. Des études ont montré qu’inhaler cette huile essentielle diminuait l’envie de cigarette. Ses molécules aromatiques ont un effet similaire à la fumée de la cigarette et réduisent ainsi l’envie de fumer.
  • Vous pouvez l’associer à de l’huile essentielle d’ylang ylang pour un effet apaisant.
  • Homéopathie : Argentum nitricum 7 CH et Staphysagria 9 CH, 2 granules de chaque, ensemble, pour contrer les envies irrépressibles de fumer.
Faciliter le sevrage
  • Limiter le stress et l’anxiété : A l’encontre des idées reçues, arrêter de fumer améliore l’humeur et rend moins stressé. Mais il n’est pas facile de passer les premiers jours de sevrage !
  • En plus de l’alimentation adaptée pour arrêter de fumer (voir plus haut), je vous recommande de boire tout au long de la journée des infusions. Des plantes comme la valériane, le passiflore, l’aubépine, l’oranger et la mélisse sont réputées calmantes et apaisantes. Vous pouvez les prendre seules à raison d’1 cuillère à soupe ou faire un mélange de ces différentes plantes selon vos goûts. L’idéal est de boire 2 à 3 tasses par jour. De plus, boire de l’eau (et des tisanes) accélère le processus d’élimination des substances addictives. Ma préférée reste la valériane pour son action anxiolytique. De plus, elle influerait sur la perception du tabac en lui donnant un mauvais goût.
  • Encore plus relaxant : prenez un bain chaud le soir pour vous détendre.
Éviter la prise de poids

Beaucoup de fumeurs redoutent l’abandon de la cigarette et ses répercussions sur la silhouette. Mais rien n’est systématique : le régime alimentaire conseillé plus haut ainsi que quelques gestes bien-être peuvent éliminer toute prise de poids indésirable.

En cas d’envie de grignotage, n’hésitez pas à prendre un jus de légumes accompagné d’1 cuillère à soupe de Klamath. La Klamath est une algue d’eau douce très riche en nutriments. Elle contient de la phényléthylamine (PEA) appelée hormone de l’amour. C’est le précurseur de la dopamine (hormone du plaisir) et de la sérotonine (hormone de la sérénité).

Au-delà du grignotage destiné à compenser la sensation de manque, le métabolisme énergétique de base diminue à l’arrêt du tabac. Donc l’idéal est d’augmenter ses dépenses énergétiques en pratiquant une activité physique ! De plus, l’activité physique est anxiolytique, modulateur des pulsions et tensions intérieures. Mais pas de panique, marcher 30 minutes tous les jours suffit.

Vous pouvez aussi vous tourner vers des activités de création, la musique, les voyages, la méditation…et les massages ! En effet, lorsque la peau est massée, elle libère une hormone à l’origine de la satiété….

Hypnose, yoga et sophrologie

L’hypnose est une des méthodes douces les plus recommandées pour aider à l’arrêt du tabac et reprogrammer l’inconscient. Après avoir analysé le profil du fumeur, le praticien le fait prendre conscience des nuisances du tabagisme et l’aide à faire le deuil de la cigarette. En séances individuelles ou en groupe, voire les deux.
Le yoga et la sophrologie sont de puissantes techniques de respiration. Quelques séances vous permettront d’apprendre à respirer calmement et à gérer le stress qu’engendre l’arrêt de la cigarette.

Gérer les problèmes digestifs

En cas de problèmes digestifs, les plantes peuvent aussi vous être d’un grand secours. Au lever, mélangez 1 cuillère à soupe de psyllium dans un verre d’eau tiède et boire rapidement. Cela vous aidera à lutter contre la constipation.

Vous pouvez augmenter les doses ponctuellement si vous n’allez pas à la selle dans la journée.

Les 1ères semaines d’arrêt de tabac

Les premières semaines d’arrêt de tabac sont les plus difficiles, ce sont donc, sans surprise, celles qui nécessitent le plus grand accompagnement.

Mais n’oubliez pas que dès les premiers mois d’arrêt, le risque cardiovasculaire diminue de 5 ans après la dernière cigarette, le cancer du poumon est réduit de 50 %, et il continue à baisser avec le temps. 
Et après 10 à 15 ans sans tabac, l’espérance de vie redevient identique à celle des personnes n’ayant jamais fumé.

Kefir de pomme : Recette de cidre

Pour 1 libre de cidre de kefir :

  • 1 litre de jus de pommes bio
  • 50 g de grains frais de kefir de fruits

Pour cette recette il n’y a pas besoin de rajouter du sucre, du citron et des figues.

Préparation :

  1. Mettre les ingrédients dans un bocal en verre, sans le remplir complètement. Si vous utilisez un bocal à joint hermétique, pensez à laisser l’air s’échapper de temps à autre – poser une mousseline retenue par un élastique sur le bocal, afin que l’air puisse circuler, mais éviter la poussière ;
  2. Laisser fermenter pendant 24h à une température comprise entre 15 – 20°C
  3. Filtrer la boisson à l’aide de la petite passoire à maille fine et récupérer ainsi les grain – laver les grains à l’eau froide
  4. consommer de suite ou alors remplir une bouteille avec la boisson obtenue et fermer hermétiquement, en veillant à ouvrir le récipient de temps à autre afin d’éviter une accumulation de gaz trop importante

Si le résultat est trop sucré à votre goût, pour une nouvelle culture de cidre de kefir utilisez un demi-litre de jus de pommes bio et un demi-litre d’eau à température ambiante.

N’oubliez pas de remettre régulièrement les grains de kefir de fruits dans leur milieu naturel (eau, sucre, citron et figues), afin d’éviter qu’ils dépérissent.

Fromage végétal au lait de soja, coagulé par du jus de citron

Cette préparation est très simple, elle ne nécessite ni fromagère, ni ferments, ni présure. Le fromage végétal est obtenu grâce à la coagulation du lait de soja sous l’effet de l’acidité du jus de citron. Cette préparation égouttée donne un fromage végétal qui peut être moulé ou tartiné. Il est possible de prolonger l’égouttage et de le presser pour obtenir une sorte de tofu ferme.

Ingrédients :

  • 1 litre de lait de soja (tonyu),
  • en option : 30 g. de lait de soja en poudre,
  • le jus d’un citron,
  • 1/4 de c. à c. de sel fin

Préparation :

  1. Mouillez une grande casserole d’eau froide et égouttez-la sans l’essuyez (cette opération a pour but d’éviter au lait d’accrocher).
  2. Versez dans la casserole le lait de soja, le sel et éventuellement le lait de soja en poudre, (ce dernier sert à enrichir le lait de soja du commerce et à obtenir un fromage végétal ou un tofu plus ferme).
  3. Faites chauffer sur feu doux en mélangeant régulièrement jusqu’à ce que le thermomètre atteigne 85°C.
  4. Pendant ce temps, préparez le jus du citron. Lorsque les 85°C sont atteints, versez le jus du citron dans le lait de soja chaud et remuez rapidement.
  5. La coagulation du lait de soja va démarrer dès l’ajout du jus de citron. Ensuite le « petit-lait » et le caillé vont vraiment se séparer. Baissez la température mais continuez à chauffer doucement jusqu’à ce que le caillé se forme. Lorsque le caillé est visible, ne le remuez plus. Retirez la casserole du feu, laissez refroidir à température ambiante pendant 15 minutes.
  6. Préparez une passoire dans un grand saladier et recouvrez-la d’un torchon propre et fin. Versez le caillé dedans et laissez égoutter pendant 1 heure minimum à température ambiante ou mieux encore pendant deux ou trois heures. Une fois que toute la préparation a été transférée dans le tissu, laissez le petit-lait s’écouler au travers de la toile. Beaucoup de petit lait va s’écouler, rapidement au début puis de plus en plus lentement.
  7. Une fois égouttée, retirez la « ricotta végétale » de la toile, versez-la dans un bol ou démoulez-la sur une soucoupe, couvrez ou emballez-la et conservez-la au réfrigérateur découvert jusqu’à consommation. Utilisez-la rapidement.

Constipation

La constipation est un symptôme caractérisé par un retard, ou une difficulté à évacuer les selles. On parle de constipation quand il y a moins de trois selles par semaine et/ou quand les selles sont difficiles à évacuer (à exonérer, pour les médecins).
Elle est chronique quand elle dure depuis plus de 6 mois. Des selles liquides ne réfutent pas une constipation, qui s’établit scientifiquement sur un poids de selles quotidien inférieur à la moyenne : une vérification impossible en pratique.La constipation par ralentissement du transit digestif est la forme la plus fréquente.
La constipation « terminale », appelée dyschésie recto-anale, est un trouble de la seule évacuation des selles, au niveau du rectum et de l’anus. Il est fréquemment de combiner les deux troubles.
La constipation peut être la seule maladie (constipation idiopathique) ou être secondaire à une autre maladie.

Risques

Dans les pays occidentaux, la prévalence de la constipation se situe entre 15 et 20 % de la population. En France, une enquête réalisée dans la population générale sur les plaintes subjectives a trouvé une constipation chez 35% des interrogés, et une sensation d’évacuation incomplète chez 19% (Abrégé d’hépato-gastro-entérologie 2009 – ECN, Elsevier Masson). Les femmes sont plus sujettes que les hommes à cette plainte.

La constipation accompagne les toxicomanes : morphine, cocaïne et leurs dérivés sont puissamment constipants. La consommation de nombreux médicaments modifiant l’équilibre neuro-végétatif expose aussi à cet effet indésirable.

Elle peut à la longue entraîner des complications comme des fissures anales, des hémorroïdes, une faiblesse du périnée favorisant l’incontinence urinaire et/ou anale, et des troubles sexuels.

Le risque majeur est l’occlusion ou la sub-occlusion intestinale, non exceptionnelle chez les vieillards par formation d’un fécalome obstructif (accumulation rectale de selles dures qui ne peuvent être évacuées naturellement).
Chez les malades psychiatriques ayant des pulsions d’ingestion bizarres on peut voir des blocages digestifs sur des bézoards (boules de matières non digestibles : cheveux par exemple, ou matière plastiques). Chez ces malades, la prescription de médicaments neurotropes provoque aussi des occlusions sournoises quand le suivi médical est insuffisant.

Enfin, l’occlusion peut survenir sur un obstacle non ingéré, habituellement une tumeur du côlon (cancer), ou l’extension locale d’une tumeur abdominale.

Constipation is a symptom characterized by a delay or difficulty in evacuating stools. We speak of constipation when there are fewer than three bowel movements per week and / or when the stools are difficult to pass (to exempt, for doctors).
It is chronic when it lasts for more than six months. Loose stools do not refute constipation, which scientifically establishes a daily stool weight below average: an impossible verification pratique.La constipation slower digestive transit is the most common form.
Constipation « terminal », called dyschezia recto-anal, is a disorder of the only evacuation of stool in the rectum and anus. It is frequently combine the two disorders.
Constipation may be the only disease (idiopathic constipation) or be secondary to another disease.

Risks

In Western countries, the prevalence of constipation is between 15 and 20% of the population. In France, a survey of the general population on the subjective complaints constipation found in 35% of respondents, and a sensation of incomplete evacuation in 19% (Epitome of Hepato-Gastroenterology 2009 – ECN Elsevier) . Women are more prone than men to this complaint.

Constipation accompanying drug morphine, cocaine and derivatives thereof are powerfully constipating. The consumption of many drugs affecting the autonomic balance also exposed to this adverse effect.

It can eventually lead to complications such as anal fissures, hemorrhoids, weakness perineal promoting urinary incontinence and / or anal and sexual disorders.

The major risk is the occlusion or intestinal sub-occlusion, not exceptional in old people by forming an obstructive fecal impaction (rectal accumulation of hard stool that can not be removed of course).
Among psychiatric patients who swallowed bizarre impulses can be seen digestive blockages on bezoars (balls of indigestible materials: for example hair, or plastic material). In these patients, prescription neurotropic drugs also causes occlusions sneaky when health surveillance is insufficient.

Finally, the occlusion may not occur on a barrier ingested, usually colon tumor (cancer), or the local expander abdominal tumor.

Primary biliary cirrhosisCirrhose biliaire primitive

La cirrhose biliaire primitive (CBP) est une maladie inflammatoire auto-immune des petites voies biliaires situées à l’intérieur du foie (on parle de voies biliaires intrahépatiques). La CBP est de cause inconnue et survient chez la femme après 40 ans.
Les médecins utilisent le terme « cirrhose » même si cette dernière ne survient pas immédiatement. Mais comme toutes les cirrhoses hépatiques, la CBP aboutit progressivement à une destruction des cellules du foie (appelés hépatocytes) et à terme, ce dernier est remplacé par une fibrose qui ne lui permet plus d’assurer ses fonctions. Le diagnostic repose sur la ponction biopsie du foie ou ponction biopsie hépatique (PBH).

Risques / Causes

Plus de 10 000 cas sont recensés en France, ce qui représente une prévalence de la maladie de 20 pour 100 000 habitants. La CBP touche préférentiellement les femmes de plus de 40-45 ans, avec une prévalence pouvant atteindre chez elles 86 pour 100 000.
Des facteurs génétiques et des facteurs environnementaux (tabac, infections, produits chimiques…) expliqueraient la maladie.

La CBP est d’abord caractérisée par une atteinte inflammatoire des canaux biliaires situés à l’intérieur du foie. Cette inflammation portale et la destruction des cellules (on parle de nécrose) se traduisent par un syndrome de stase (ou cholestase) qui autoentretient le phénomène. Une cause auto-immune est suspectée, car des autoanticorps qui détruisent les cellules sont quasiment toujours mis en évidence.
La cirrhose n’apparaît que tardivement, avec des lésions des tissus du foie qui se fibrosent. Ce stade de cirrhose est alors irréversible.

Primary biliary cirrhosis (PBC) is an autoimmune inflammatory disease of the small bile ducts located inside the liver (known as intrahepatic bile ducts). CBP is of unknown cause and occurs in women after 40 years.
Doctors use the term « cirrhosis » even if this does not occur immediately. But like all liver cirrhosis, CBP gradually leads to a destruction of liver cells (called hepatocytes) and term, it is replaced by fibrosis that prevents him from exercising his functions. Diagnosis is based on liver biopsy or liver biopsy (PBH).

Risks / Causes

More than 10,000 cases are reported in France, representing a prevalence of 20 per 100,000 inhabitants. CBP preferentially affects women over 40-45 years, with a prevalence of up to 86 home to 100,000.
Genetic factors and environmental factors (smoking, infections, chemicals …) explain the disease.

CBP is first characterized by inflammatory disease of the bile ducts located inside the liver. This portal inflammation and destruction of cells (called necrosis) result in a stasis syndrome (or cholestasis) that autoentretient the phenomenon. An autoimmune cause is suspected, because of autoantibodies that destroy the cells are almost always highlighted.
Cirrhosis appears only later with liver tissue lesions that fibrosent. It cirrhosis is then irreversible.

Bladder cancerCancer de la vessie

La vessie est un sac musculeux où s’accumule l’urine acheminée depuis les deux reins par les uretères. La vessie évacue l’urine par un autre canal appelé l’urètre. Chez la femme, l’urètre, très court, est placé juste en avant du vagin. Chez l’homme, l’urètre est un canal beaucoup plus long qui traverse d’abord la prostate puis parcourt la moitié inférieure du pénis.

Causes

Le tabac est un facteur de risque majeur du cancer de la vessie. Le contact prolongé avec certains produits chimiques, les amines aromatiques (présents dans l’industrie du caoutchouc ou dans les industries des colorants par exemple) sont également considérés comme des facteurs de risque.

La bilharziose, maladie parasitaire qui sévit notamment en Egypte, peut également entrainer la formation d‘un cancer de la vessie.

The bladder is a muscular bag which sent the urine accumulate from both kidneys through the ureters. Bladder urine discharged by another channel called the urethra. In women, the urethra, very short, is placed just in front of the vagina. In humans, the urethra is a much longer channel, which first passes through the prostate and then traverses the lower half of the penis.

Causes

Tobacco is a major risk factor for bladder cancer. Prolonged contact with certain chemicals, aromatic amines (present in the rubber industry or in industries such dyes) are also considered risk factors.

Schistosomiasis, a parasitic disease rampant especially in Egypt, can also lead to the formation of bladder cancer.

bruxismBruxisme

Le bruxisme correspond à une contraction inconsciente et involontaire des muscles des mâchoires. Il se traduit soit par un serrement (statique), soit par un frottement ou grincement des dents (dynamique), la nuit ou le jour. Observé consciemment, il peut se contrôler par la volonté, ce qui en limite les conséquences.

Le grincement se produit plus fréquemment pendant la nuit, de façon incontrôlable et sans réveiller le bruxomane (= personne qui bruxe). Il génère des bruits particulièrement gênants pour le voisin de lit. Il s’accompagne parfois de raideur ou de douleur musculaire le matin au réveil, ainsi que par des craquements de l’articulation temporo-mandibulaire (située juste en avant de l’oreille, articulation entre les mâchoires supérieures et inférieures).

Causes

Selon les estimations, le bruxisme concerne 10 à 20% de la population. Il est responsable de traumatismes dentaires, d’un fonctionnement anormal (trop important) des muscles de la mâchoire, donc d’une surcharge de travail pour les articulations temporo-mandibulaires. En détails :
A court terme
– Au réveil, crispations et/ou douleurs des mâchoires, troubles articulaires à type de claquements brutaux ou de difficultés à ouvrir la bouche (crispation musculaire invicible).
– Tensions musculaires étendu aux autres muscles de la face, entraînant des maux de tête (céphalées) et des douleurs du cou (cervicales).
A NOTER : la qualité du sommeil du bruxomane n’est généralement pas altérée.
Les conséquences musculo-articulaires
– la contraction répétée des muscles masticateurs aboutit souvent à leur augmentation de volume et/ou dureté à la palpation (hypertrophie)
– la sollicitation excessive de l’articulation temporo-mandibulaire provoque des craquements, des ressauts ou une gêne à l’ouverture de la bouche.
Les conséquences bucco-dentaires à moyen et long terme
– Le grincement est responsable, en fonction de son intensité, d’usure progressive des dents, de fêlures ou de fractures dentaires. Ces dommages concernent également les prothèses dentaires fixes : couronnes en résine ou en céramique.
– Ajoutés à une mauvaise hygiène dentaire, les traumatismes dentaires peuvent conduire à une mobilité anormale des dents jusqu’au « déchaussement » par atteinte associée de la gencive

Bruxism is an unconscious and involuntary contraction of the jaw muscles. This results in either a tightness (static) or by friction or grinding teeth (dynamic), night or day. Consciously observed, it can be controlled by the will, which limits the consequences.

The grinding occurs more frequently during the night, uncontrollably and without waking bruxomane (= person Bruxe). It generates particularly annoying noises for bed neighbor It is sometimes accompanied by stiffness or muscle pain after waking up, and by cracking of the temporomandibular joint (located just in front of the ear, articulation between the upper and lower jaws).

Causes

According to estimates, bruxism concerns 10-20% of the population. He is responsible for dental trauma, abnormal functioning (excessive) of the jaw muscles, so a work overload for temporomandibular joints. In detail :
Short term
– Wake up tensions and / or jaw pain, joint disorder type brutal slamming or difficulty opening the mouth (muscle twitching invincible).
– Muscle tension extended to other muscles of the face, causing headache (headache) and neck pain (cervical).
NOTE: bruxomane the quality of sleep is usually not impaired.
Musculo-articular consequences
– The repeated contraction of masticatory muscles often leads to their increased volume and / or hardness on palpation (hypertrophy)
– Excessive stress on the TMJ causes crunches, projections or discomfort at the opening of the mouth.
Oral consequences in the medium and long term
– Grinding is responsible, depending on its intensity, progressive tooth wear, fractures or dental fractures. This damage also concern fixed dentures: Crowns resin or ceramic.
– Added to poor dental hygiene, dental trauma can lead to abnormal tooth mobility to the « loosening » of the gum associated reached.

StutteringBégaiement

Le bégaiement est un trouble de la parole dû à une perturbation du débit des mots, de leur tonicité et d’une perte du rythme (de la manière de mettre en forme et d’articuler les mots et les phrases).
Le bégaiement est un symptôme, mais il peut aussi être un syndrome quand il est associé à d’autres troubles (retards de parole, problèmes de coordination, schizophrénie, troubles de la latéralité, de l’attention…).

Risques / Causes

Environ 1% de la population est bègue. Ce handicap touche quatre sujets masculins pour un féminin et il existe surtout chez l’enfant mais peut persister chez l’adulte. Même si le bégaiement n’est pas psychogène (c’est-à-dire provoqué par la seule pensée, l’état d’esprit), il peut avoir un gros impact sur la personne. C’est d’autant plus une souffrance que le bègue peut entrer dans un cercle vicieux : faire des efforts constants d’articulation et de concentration pour se faire comprendre peut l’amener à accentuer involontairement le bégayage.

Le bégaiement est connu depuis des siècles ; il existe dans toutes les langues et dans toutes les cultures. Cette pathologie débute le plus souvent entre trois et sept ans, parfois plus tôt, parfois plus tard à dix ou douze ans. A l’âge adulte son apparition est plus rare, sauf après un traumatisme.
Les causes du bégaiement sont encore incertaines et diffèrent selon les individus : elles peuvent être constitutionnelles (liées aux facultés psychomotrices), mais la recherche s’oriente depuis quelques années vers les causes génétiques et le rôle de la dopamine dans cette pathologie.

Stuttering is a speech disorder caused by a disruption of the flow of words, their tone and loss of rhythm (as to shape and articulate words and phrases). Stuttering is a symptom, but it can also be a syndrome when associated with other disorders (speech delay, coordination problems, schizophrenia, disorders of laterality, attention …).

Risks / Causes

About 1% of the population is stuttering. This handicap affects four males for a female and there especially in children but can persist in adults. While stuttering is not psychogenic (that is to say, caused by thought alone, the state of mind), it can have a big impact on the person. This is particularly suffering the stutterer may enter a vicious circle: make constant efforts articulation and concentration to be understood can cause it to inadvertently increase the stuttering.

Stuttering is known for centuries; exist in all languages and in all cultures. The disorder usually begins between three and seven years, sometimes sooner, sometimes later than ten or twelve years. In adulthood its occurrence is rare, except after trauma. The causes of stuttering are still uncertain and differ according to individuals: they can be constitutional (related psychomotor skills), but research is moving in recent years towards the genetic causes and the role of dopamine in this pathology.

HE Aneth des Indes

.

Indications (VT +) :

  • Bronchite catarrhale + ;
  • Asthénie, fatigue générale +++.

Contre-indications : Bébé, enfant, grossesse (neurotoxique, abortive).

.

.

[wptab name=’Description’] Famille des Apiacées

L’aneth est une plante annuelle à racine fusiforme, fibreuse et blanchâtre. La tige, de 50 centimètres à 1 mètre, est cylindrique, striée, peu rameuse et creuse à l’intérieur. Les feuilles, alternes, d’un beau vert, sont décomposées en segments linéaires. D’avril à juillet apparaissent les fleurs, petites et jaunâtres, formant de larges ombelles terminales, et donnant des fruits un peu comprimés, aplatis, ovales, marqués de dix cottes longitudinales.[/wptab]

[wptab name=’Composition’]Parties utilisées : Graine

  • Monoterpénones (38%) : (+)-caravone (21), cis et trans-dihydrocarvone (17%)
  • Phénols méthyl-éthers (53 %) : dillapiole (52 %).

[/wptab]
[wptab name=’Propriétés’]

  • Tonique-stimulante, antiasthénique (action sur le SNC comparable à celle de la caféine) ++ ;
  • Anticatarrhale, mucolytique ++.

[/wptab]
[end_wptabset skin= »pepper_grinder » location= »top » width= »400 px » onhover= »1″ ]

HE Hélichryse à capitules nus

Indications (VT +) :

  • Gingivite +++, pyrosis, gastrite, typhoïde, oropharyngite
  • Céphalalgie +
  • Goitre +
  • Aménorrhée, dysménorrhées, galactorrhée
  • Dermatoses, ulcère, ulcère variqueux, herpès +

Contre-indications : Aucune connue aux doses physiologiques

[wptab name=’Description’]Famille des Astéracées

[/wptab]
[wptab name=’Composition’]Parties utilisées : Sommité fleurie

  • Monoterpènes : alpha- et beta-pinènes (4-5 % et 8-11 %), limonène (25-40 %)
  • Sesquiterpènes : beta-caryophyllène (7-10%), alpha-humulène (9-15%), germacrène D
  • Aldéhydes terp. : citronnellal (5%)
  • Oxydes terp. : 1,8-cinéole, caryophyllène oxyde

[/wptab]
[wptab name=’Propriétés’]

  • Anti-inflammatoire ++
  • Antalgique +
  • Antiseptique +
  • Aphrodisiaque ( ?)

[/wptab]
[end_wptabset skin= »pepper_grinder » location= »top » width= »400 px » onhover= »1″ ]